AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}

Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Jeu 1 Oct - 23:07

    A voir la pile de livre que Morgan portait sur les bras, n'importe quelle âme charitable l'aurait aidé. Seulement voilà, des âmes charitables, il n'y en avait pas. Dans la bibliothèque, déjà bien remplie d'étudiant en tous genre, ne retentissait que le bruit des pages tournées, des grattements de stylo sur le papier, et le bruit d'une dizaine de livre s'écrasant violemment sur la table. Morgan s'immobilisa. Quelqu'un l'avait-il vu ? Aussi peu de déférence envers des livres pouvait en irriter certains. Au bout de quelques secondes, remarquant que personne, justement, ne l'avait remarqué, Morgan s'installait à une table entre deux élèves particulièrement intéressés parce qu'ils lisaient. Un coup d'œil à droite plus tard, Morgan ouvrait ses propres livres en souriant. C'était bien un comic que ce grand garçon brun tenait derrière son volume de philosophie. A côté de lui se trouvait une jeune fille, au teint pâle, cheveux noirs et vêtements noirs, tournant négligemment les pages d'un livre de chimie. Son air sérieux n'engagea pas Morgan à lui parler : elle serait bien capable de lui rétorquer qu'elle était venu pour travailler et pas pour bavarder avec de surcroit, un professeur.

    Préparer ses cours ... Quelle plaie ! Encore, quand ses élèves n'étaient que de vaguement intéressés par ce qu'il disait, que sa matière n'était qu'une option choisi parce qu'il n'y avait plus de place en cuisine ou en couture, il se payait le luxe de venir les mains dans les poches. Mais ce cours-ci était réservé à des étudiants en ethnologie, autant dire presque sa spécialité à lui. Quoiqu'il en soit, ce cours ci était im-por-tant. Il leva rêveusement les yeux au plafond et se remémora le temps où lui même était élève. Ah, les cours d'anthropologie avec cette vieille pie de Mme. Beckman ! « Et les insectes, ils les mangeaient tout rond ! » Morgan rit à ce souvenir sans remarquer les regards désapprobateurs de sa voisine de droite. L'anthropologie ... Avant la mort de Shannon, il étudiait encore. Il enseignait bien sûr, mais il suivait, le jeudi et le vendredi soir, d'autres cours, histoire de compléter sa formation. En sciences humaines, on le lui avait dit : votre formation s'arrêtera quand vous le désirerez. Lui, il n'avait rien choisi en fin de compte. Il n'avait pu rester l'éternel étudiant, ni le professeur aux paroles indiscutables qu'il aspirait à être. Il savait que ses élèves le considéraient comme un bon prof. Ce n'était déjà pas trop mal. Et puis Rebirth ... Il n'était plus question d'apprendre pour lui. Plus tard peut être, après tout ça. Il avait encore les livres, et sa revue sur le sujet arrivait à destination presque tous les mois. Morgan avait deux rêves : voir son fils grandir et pouvoir dire un jour : Morgan A. Tremblay, professeur en sciences humaines, ethnologue et anthropologue. Le pire, c'est que cette idée aussi le faisait sourire.

    Il cligna deux fois des yeux et se remit au travail. On en apprend tous les jours, pas vrai ? Alors peut être trouvera-t-il quelque que chose qu'il ne connaisse pas dans ses livres-ci. Mais franchement il en doutait. Des livres de troisième année, c'était un peu trop juste. Morgan songea au livre qu'il avait dans son sac ... Une pièce de théâtre tout à fait sympathique qu'il avait retrouvé par hasard dans ses cartons. Il referma sèchement et surtout terriblement bruyamment le livre des troisièmes années. Il s'immobilisa encore. Seulement cette fois, plusieurs yeux le fixait et ce, d'un air tout à fait antipathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Sam 17 Oct - 22:04

Alice se rendait très rarement à la bibliothèque universitaire, « la BU » comme l'appelaient familièrement ses utilisateurs. Elle n'aimait pas travailler au milieu des autres, cela l'incommodait et elle n'arrivait pas à se concentrer. Quand elle avait besoin de tuer une heure ou deux entre deux cours, elle préférait trouver une salle vide, ce qui ne manquait pas dans la faculté, et s'y poser tranquillement. Au moins n'était-elle pas tenter de lever le nez de ses cours pour regarder les allées et venues des autres étudiants.

Pourtant, le calme régnait dans la BU en ce début d'après-midi ; on n'entendait que le bruit des pages froissées, et le battement régulier de la pluie contre les immenses fenêtres. Dehors, il faisait sombre, bien que l'on soit en milieu de journée, et la lumière artificielle qui inondait les lieux les rendaient encore plus impersonnel que d'habitude. Mais Alice ne fit pas la difficile, l'ambiance, elle s'en fichait. Elle avait besoin d'un bouquin pour essayer de comprendre son dernier cours de chimie minérale, un truc absolument imbuvable sur les champs électriques autour des atomes. En temps normal, la jeune fille aimait bien cette matière, mais le prof remplaçant n'avait pas l'air du tout de maîtriser son sujet. Il était franchement regrettable que l'ancien enseignant soit disparu sans donner de nouvelles quelques semaines après la chute de Rebirth. Peut-être avait-il gagné les abris de Stardust, comme beaucoup de couards (selon l'avis d'Alice), ou peut-être (et cette idée la faisait doucement sourire) était-il un mutant, comme elle, et il se cachait. Amusant.

Il y avait peu de chance pour que la faculté réussisse à instaurer des vrais partiels cette année, suite à tous les bouleversements qui étaient arrivés ces derniers temps, mais Alice continuait d'apprendre ses cours avec un soin maniaque. Même sans examens, elle ressentait le besoin de savoir tout ce qu'elle avait gratté sur le bout des doigts ; et surtout, de le comprendre. Se dirigeant vers le rayon de la chimie, la jeune mutante le parcourut rapidement avant de se saisir d'un ouvrage de référence sur le sujet, assez volumineux mais qui devrait pouvoir éclairer quelque peu sa lanterne. Elle alla s'installer à une table, choisissant un endroit où les chaises de part et d'autre de la sienne était inoccupée, chose qui fut ardue en raison du nombre de personnes déjà présentes ; mais elle détestait fondamentalement être à l'étroit. D'ailleurs, la première chose qu'elle fit une fois assise fut de répartir ses affaires autour d'elle afin d'occuper le plus de place possible pour décourager toute personne voulant s'installer à côté d'elle. Puis elle commença à potasser sa chimie, recopiant en même temps son cours de façon plus compréhensible.


Elle n'était pas au travail depuis dix minutes qu'un type arriva en posant bruyamment une dizaine de livres volumineux à la place qui se trouvait à sa droite. Ce boucan la fit sursauter et elle se tourna puis le fusiller du regard, avant de voir que le malotru était sensiblement plus âgé qu'elle, et devait être plutôt un prof qu'un élève, bien qu'il arrivait qu'il y ait quelques fanatiques des études qui enchaînaient les diplômes. Renonçant à râler, elle détourna la tête et se concentra furieusement sur ses électrons. Pourquoi venait-il travailler ici ? Les profs n'avaient-ils pas théoriquement des bureaux où être au calme ? Alice imaginait difficilement qu'on préfère venir ici plutôt que de profiter du luxe d'avoir une salle pour soit tout seul. Elle jeta un coup d'oeil en biais au livre que le bruyant s'apprêtait à lire, et vit qu'il s'agissait d'un ouvrage de sociologie de troisième année. Ca devait être un étudiant finalement. Raison de plus pour qu'il soit discret. Résolue à le rappeler à l'ordre plutôt qu'à changer de place, elle s'attela à couvrir sa feuille de son écriture penchée et compliquée.

Voilà que son voisin se mettait à rire tout seul maintenant. Alice lui envoya un regard courroucé, qu'il sembla ignorer. Elle ne pensait pas que les ouvrages de sciences humaines pouvaient être aussi drôles... De son côté elle était persuadée que cette matière devait être aussi ennuyeuse que possible. Elle préférait étudier l'homme en vrai, c'était beaucoup plus amusant que la théorie. L'autre sembla néanmoins se calmer, aussi retourna-t-elle encore une fois à son livre de chimie.

Lorsqu'il referma brutalement son livre, elle finit par franchement s'agacer. S'il n'arrêtait pas de la déconcentrer comme ça, elle n'allait jamais arriver à travailler. D'autres élèves avaient l'air d'être passablement énervés par le cirque que l'homme faisait depuis tout à l'heure, et Alice se sentit dans son bon droit.


-Dites. Vous ne pourriez pas faire un peu moins de bruit ? Vous dérangez les autres, dit-elle à voix basse mais froidement.

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Sam 31 Oct - 1:44


    - Dites. Vous ne pourriez pas faire un peu moins de bruit ? Vous dérangez les autres.

    La voix était affreusement froide, mais Morgan ne pouvait la blâmer. Après tout, faire un bruit pareil, et pour si peu de chose, c'était vraiment ... stupide. Il la considéra un instant. Lui aurait-elle parler sur ce ton si elle pensait qu'il était professeur ? Peut être que oui, peut être que non. Morgan n'en avait aucune idée si bien qu'il décida de cacher cette information pour l'instant. Cependant la jeune fille n'avait pas l'air d'être le genre de personne à s'embarrasser de qui était quoi, d'où peut être un manque de tac chez elle ... Morgan n'aimait s'improviser psychologue mais certaines choses se voyaient. Ainsi la jeune fille devait sentir que ce professeur de Sciences Humaines n'allait pas la laisser tranquille. Mais au lieu d'en rester aux spéculations, Morgan entra dans le vif du sujet :

    « Vous avez raison, excusez moi, je suis vraiment égoïste. Ceux qui me connaissent savent que je suis exactement le genre de personne à embêter son monde sans vraiment le faire exprès mais ... - il se tut. Mieux valait se taire finalement - Mais je vous dérange. »

    Il lui adressa un petit sourire poli et retourna dans les rayons poser son livre. Tandis qu'il recherchait la place de ce livre, il songeait à la jeune fille travaillant à ses côtés. Bien sur, il savait qu'il ne valait mieux pas la déranger encore mais les gens taciturnes, comme la demoiselle, attirait Morgan. C'était toujours amusant de voir jusqu'où il tenait avant de s'énerver tout à fait. Morgan s'était fait loi d'éviter de se fâcher avec ses élèves. Mais vu le regard désapprobateur qu'avait lancé l'étudiante il doutait de lui enseigner quoique se soit un jour. La patience peut être. Il repris deux autres livres, aussi lourds que les précédents, et les ramena sur sa table là ou elle avait étalé méthodiquement toutes ses affaires.

    « Excusez moi. »

    Il s'assit deux feuilles de papier et commença réellement à préparer son cours. Tout en guettant la réaction de la jeune fille, qui il en était sûr, n'allait pas apprécier qu'il s'étale autant qu'elle. *Mais peut être ne dira-t-elle rien et que tu te sera trompé sur son compte.* Quoiqu'il en soit, il avait foi en lui et se promit d'arriver à la faire rire avant la fin de l'heure. Pour un spectateur extérieur, la tache semblerait impossible. Impossible n'est pas Morgan.

[HRP : Je te dit que nous allons être amis ! Crois-moi x3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Sam 7 Nov - 21:00

[HJ : je te crois, mais je commence à avoir des doutes XD]


L'autre commença à se justifier, ce dont Alice n'avait cure. Elle s'en fichait pas mal de ce que ses amis pouvaient bien penser de lui, voyons ! L'essentiel c'était qu'il se taise. Elle continua de le fixer froidement, jusqu'à ce qu'il finisse par s'excuser et partir. Voilà, c'était tout ce qu'elle demandait. Sans plus lui accorder d'attention, elle retourna à son livre de chimie, essayant encore une fois de se reconcentrer sur son travail. Avec tout ça, elle avait complètement perdu le fil, ce qui l'énerva assez. Elle posa son crayon, inspira, expira. Dommage qu'elle n'ait pas d'écouteurs mais un casque branché à son MP3 ; elle aurait pu mettre de la musique pour s'aider à s'enfermer. Mais là, tout le monde allait profiter de Bach lancé à plein ballon, donc autant abandonner l'idée. Et puis maintenant que l'autre n'était pas là, elle allait peut-être arriver à se concentrer. Elle relit le dernier paragraphe qu'elle avait écrit, l'assimila dans la mesure du possible, et recommença à décortiquer son cours.

Et voilà que l'autre se ramenait de nouveau, avec deux bouquins presque aussi épais que les précédents. Résolue à l'ignorer, Alice fixa un schéma des couches électroniques à s'en trouer la rétine. Mais malgré toute sa bonne volonté, elle ne pouvait s'empêcher de guetter ses mouvements. Elle constata ainsi qu'il tentait manifestement de s'étaler autant qu'elle. Le faisait-il exprès pour l'ennuyer ? Elle trouvait cette hypothèse assez stupide, mais elle ne pouvait s'empêcher de le soupçonner d'une telle malveillance. Bien, qu'à cela ne tienne, elle refusait de se laisser ennuyer par un étudiant attardé. Elle reprit ses affaires, les réorganisant avec l'espace disponible. Elle tira sur des feuilles de cours coincées sous l'un de ses gros livres afin de les récupérer.


-Excusez-moi, fit-elle, sarcastique, l'imitant à moitié.

Une fois de nouveau installée correctement, elle se replongea dans son cours, bien qu'avec toutes ces interruptions elle ait fini par abandonner l'idée de travailler sérieusement. Tant pis, elle restait là, quitte à faire semblant de potasser. Elle ne voulait pas partir et donner l'impression qu'elle lui cédait le terrain.

Pour l'instant, l'autre n'avait pas l'air de continuer à s'agiter, et grattait une feuille en silence. Alice feuilleta sans conviction son livre de chimie, prête à contre-attaquer à la moindre incartade de sa part.

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Ven 13 Nov - 20:19

Tandis qu'il continuait de préparer son cours, Morgan songea à ses troisièmes années. Une belle bande de crétins. Vraiment. D'habitude, les cas sociaux giclait dès la seconde année mais là ... Oh et puis avec Rebirth. Certains avaient dû passer par les mailles du filet. Non pas qu'il ne les aimait pas, Edwin Loyd n'était pas un mauvais bougre mais niveau argumentation ... Bref, il y avait de quoi faire. Comète ou pas, jamais Morgan ne renoncerait à travailler. A part son fils, c'était tout ce qui lui restait. Il tourna une page et observa un document. Il soupira discrètement, par égard à la jeune fille qui devait toujours le surveiller, et recommença à écrire.

« Professeur Tremblay ! »

Morgan se redressa. Quoique pourrait penser la jeune fille présente à ses côtés, ce n'était pas sa faute, Non, il n'avait pas demandé à un de ses élèves de débarquer à la bibliothèque en hurlant. Morgan posa son stylo et se leva.

« Edwin ... » répondit-il en souriant. « Tu es au courant que certaines personnes travaillent ici ? »

Son élève le regarda d'un air interdit. Morgan roula des yeux et enchaîna :

« Je pense que si tu as à me parler il vaut mieux le faire dehors. »

Edwin retira ses écouteurs d'où sortit une étrange cacophonie et fouilla prestement dans son sac :

« Ouais non mais en fait, m'sieur, c'est le devoir que je vous avais pas rendu, euh, on m'a dit que si ... »

Morgan coupa son élève d'un geste et le conduit à la porte. Décidément, il ne s'entendait pas parler. Edwin n'opposa pas de résistance et Morgan ferma la porte derrière son élève, son 'œuvre' en main. La bibliothécaire le regarda de travers et continua à tapoter sur son ordinateur. Le professeur sourit poliment et se redirigea vers sa place. Il lança un regard à l'étudiante semblant dire 'pas ma faute !' et se rassit en silence. Toujours copie en main, il se mit à la lire. *Oh mon dieu ...* Il valait mieux garder cette plaisanterie pour chez lui. Retournant à son cours, il ouvrit un nouvel ouvrage dont il tira une partie de son cours. Tiens, ça, il le donnerait à faire aux premières années. Ils allaient s'amuser ... En parlant de première année, il se mit à penser à tous les possibles mutants qu'il y a vait dans ses classes. Déjà, il connaissait Abygaïl, et depuis leur discussion, il se sentait beaucoup mieux. A dire vrai, la manifestation de son pouvoir l'avait littéralement fasciné. Depuis, il songea aussi à faire installer des extincteurs dans tous les coins de l'université. Morgan pâlit. Et si ... Oui peut être. Ou non. Ou si. Morgan s'ébroua. Pas de ce genre de panique ici et surtout pas maintenant. Il déglutit et se replongea dans son travail.

[HRP : J'ai honte, c'est tout miteux mais je suis en panne sèche sur ce topic *prend sa pioche et va chercher de l'inspi'*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Dim 15 Nov - 20:39

[HJ : Meuwha, je t'inspire pas ;___; Bon, bah free-style alors XD Je prends les devants]


Son voisin avait l'air de se tenir tranquille, ce qui déçu presque Alice. Elle chassa aussitôt cette idée puérile, et décida finalement de se remettre à travailler pour de bon. Mais elle n'était plus du tout dans l'idée de la chimie minérale, et sentit qu'il lui serait presque impossible de se concentrer dessus de nouveau. Elle commença à envisager l'idée de s'en aller, lorsqu'un type débarqua en hurlant, faisant sursauter une bonne partie des personnes présentes, elle compris. Alice se redressa et s'apprêta à s'en prendre à l'importun, mais son voisin fut le plus rapide. Il attrapa l'élève et le traîna vers la sortie. La jeune fille en resta interdite. C'était lui que le bruyant avait appelé « professeur » ? Donc, c'était bien un prof. Elle aurait dû s'en douter, vu son âge, mais cela lui paraissait étrange quand même. Son attitude n'était pas... vraiment celle d'un adulte.

Le professeur Tremblay revint s'assoir à côté d'elle, tenant à la main la copie que lui avait donné son élève. Alice lui jeta un long regard en biais, auquel il répondit par un autre qui semblait signifier qu'il n'y était pour rien. Bon, d'accord, admettons. Mais maintenant, la moitié de la BU avait les yeux rivés sur eux. La jeune fille eut l'impression qu'elle était aussi incluse dans les fauteurs de trouble, et cette injustice la révolta, et finit par la décider à partir. Il était certain qu'à présent, il n'y avait plus aucune chance pour qu'elle réussisse à trouver de bonnes dispositions mentales pour travailler. Autant rentrer chez elle plutôt que de continuer à perdre du temps ici. Elle remit le capuchon de son stylo-plume, et referma doucement le pesant volume de chimie, après en avoir extrait les différents post-it qu'elle y avait placé pour se repérer.

Alors qu'elle s'apprêtait à se lever pour aller remettre le livre en place, un violent mal de crâne la saisit, la coupant dans son mouvement. La douleur, intense à la limite du supportable, lui vrilla les tempes avant de se propager tout le long de sa tête, manquant de lui faire perdre connaissance. Alice se prit le crâne entre ses mains, et se pencha sur sa table, laissant un rideau de cheveux lui masquer le visage. Elle fit des efforts pour respirer le plus calmement possible, pour gérer la douleur, et analyser la situation. Manifestement, ce n'était pas un mal de tête ordinaire, ni même une migraine. Elle connaissait bien ce dernier phénomène pour en être victime comme une bonne portion de la population féminine, et savait que dans son cas, il prévenait son arrivée par des auras, et n'était pas aussi intense d'entrée de jeu. Ce n'est que lorsque la douleur glissa le long de sa gorge pour aller enflammer ses cordes vocales, qu'elle comprit qu'il s'agissait d'une conséquence de l'évolution de son pouvoir.

Ces derniers temps, celui-ci avait gagné en puissance, et ce depuis cette sorte d'épidémie de grippe dont Boston avait été victime, il y a environ un mois et demi. Alice l'avait attrapée, comme beaucoup de gens, et reconnaissait à présent les symptômes dont elle avait alors souffert. Après sa maladie, elle avait constaté que son pouvoir s'était sensiblement amélioré ; elle pouvait maintenant manipuler les gens sans qu'ils s'en rendent compte, et pouvait l'utiliser sur plus d'une personne, et maintenir l'hypnose plus longtemps aussi. Depuis sa maladie, elle avait eu quelques douleurs, mais jamais aussi intenses. La terreur la saisit, lorsqu'elle se rendit compte que le mal ne diminuait pas.

Alice décida de partir immédiatement d'ici, d'aller dehors, prendre l'air, n'importe quoi. Elle se leva brusquement, renversant sa chaise, et gagna la sortie d'un pas mal assuré, la vision devenue floue à cause de la douleur. Ce vacarme provoqua des murmures d'exaspération de la part des étudiants présents, qui tous sans exception la suivirent des yeux alors qu'elle titubait jusqu'à la porte, la démarche ivre. Du coin de l'oeil, Alice vit la bibliothécaire se lever et venir vers elle, le visage courroucé, aussi se dépêcha-t-elle d'ouvrir la porte et de filer dans le couloir. Mais à peine quelques pas plus loin, elle s'effondra contre le mur, incapable de continuer.

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Sam 12 Déc - 16:26

Lorsqu'il la vit refermer son stylo et plier bagage, Morgan esquissa une moue de déception. Elle n'avait certainement pas fini son travail, et l'arrivée impromptu d'Edwin l'avait sans doute conforté dans l'idée qu'elle ne travaillerait pas de toute façon. Elle s'apprêtait à soulever l'ouvrage précédemment étudié quand il l'a vit s'effondrer sur le bureau la tête entre ses mains. Bon s'effondrer, peut être pas, mais elle n'avait pas l'air bien. Usuellement, Morgan aurait bondi et tout de suite prononcé un « ça va ? » inquiet. Mais les relations conflictuelles qui les avaient introduit ne l'engageait pas sur cette voie. Il pencha la tête et jeta un regard perplexe sur la jeune fille dont il ne voyait plus le visage. Mais quand la jeune fille se leva en courant, laissant stylo et cahier, renversant sa chaise et courant comme une dératée vers la sortie, Morgan, oubliant leurs premiers mots échangés se précipita à sa suite. Toute l'a bibliothèque semblait se régaler du spectacle. Autant plus rien ne surprenait de la part du professeur de Sciences Humaines mais le cas de la jeune fille semblait plus étrange. D'ailleurs, se connaissaient-ils ? Pourquoi est-ce que Morgan fut le seul à bouger quand elle partie en courant ? Autant de question que Morgan n'entendit pas puisqu'il était occupé à rouvrir la porte qui s'était refermé devant son nez.

Tout était arrivé si vite. A peine avait-il eu le temps de comprendre que l'étudiante n'allait pas bien qu'elle était partie en courant. Pourquoi courait-il au fait ? Pour la rattraper ? Un peu pervers comme attitude, surtout de l part d'un prof ... Mais quand il vit que cette même jeune fille s'était effondrée, pour de vrai cette fois, au pied d'un mur, il redoubla l'allure.

Arrivé auprès d'elle il entreprit ni plus ni moins de la secouer :

« Hé ! Ho ! Mademoiselle, vous m'entendez ? S'il vous plaît répondez-moi ! »

Sérieusement inquiet à propos d'une étudiante qu'il avait failli abandonner, Morgan sortit son portable de sa poche et composa le numéro des secours. Si il fallait attendre que le personnel soignant, ou du moins ce qu'il en restait, arrive, la pauvre avait le temps de mourir et de ressusciter. Seulement à l'autre bout du fil ce n'était pas mieux. Des catastrophe il y en avait tous les jours depuis Rebirth. Alors une jeune fille évanouie, qu'est ce que c'était ? Il se souvenait parfaitement de la réaction du médecin, quand à l'hôpital, il était venu faire signer la main brûlée de son fils. Presque si le docteur ne lui avait dit de prendre de la glace et de rentrer chez lui. Entendant à peine la voix de son interlocuteur, le professeur se contenta de hurler le problème et sa localisation avant de raccrocher.

Il reporta son attention sur la jeune fille toujours étendue au sol. De l'eau. De l'eau ou alors il allait carrément lui mettre une baffe. De l'eau d'abord.

« Mademoiselle, faîte-moi signe si vous le pouvez, je ... je vais chercher de l'eau. Ne bougez pas. »

Cependant il ne pouvait se résoudre à la laisser seule. Morgan soupira et courut à toute vitesse dans la bibliothèque où il prit la première bouteille d'eau qu'il trouva sans faire attention au vague protestation du propriétaire. Arrivé de nouveau devant la jeune fille, il lui aspergea le visage avec la moitié de la bouteille.

*Si avec ça elle ne remue pas ne serait-ce que le petit doigt, je lui en colle une.*

« Bordel de merde, mais pourquoi n'y a-t-il jamais personne dans ce foutu couloir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Mar 29 Déc - 20:04

Un sifflement désagréable commençait à emplir les oreilles d'Alice, tandis que ses autres sens se brouillaient, anéantis par la douleur insoutenable qui lui vrillait les tempes. Elle soupira intérieurement à l'idée qu'elle allait probablement finir par s'évanouir dans les prochaines secondes. Ce n'était pas tellement le lieu pour ça, le sol n'avait pas dû être lavé depuis un moment, elle allait ruiner sa robe. Surtout qu'elle était compliquée à passer à la machine à laver, avec tous ces froufrous... Et puis elle allait attirer l'attention sur elle aussi, chose qu'elle n'appréciait guère. Bah, il suffirait d'utiliser son pouvoir pour envoyer valser le premier qui s'aviserait de venir l'importuner, à condition qu'elle se remette suffisamment pour pouvoir l'utiliser, le pouvoir.

Réfléchir devenait de plus en plus difficile. Alice faisait des efforts pour lutter contre l'inconscience, mais la douleur était si forte qu'elle était de plus en plus tentée de se laisser aller dans les bras de Morphée. Elle sentit vaguement que quelqu'un la secouait ; qui, elle l'ignorait, peut-être la bibliothécaire qui l'avait vue à moitié évanouie, ou même une âme charitable. Quoi qu'il en soit, cela ne servait à rien, elle savait par expérience qu'il fallait simplement attendre que cela passe. Elle rejeta la tête en arrière, la laissant appuyée contre le mur, et s'évanouit pour de bon.


A peine s'était-elle laissée aller à l'inconscience, qu'elle se prit un demi-litre d'eau froide en pleine tête, ce qui eut l'effet de la réveiller pour radicalement qu'un orchestre de cuivre lancé plein ballon à proximité. Hébétée et sous le choc, Alice se secoua, ouvrit des yeux au maquillage coulant sous l'effet de sa douche improvisée, et fixa d'un air courroucé son sauveur aux méthodes si brutales.


- Ghh.

Alice dégagea une mèche trempée, et se massa une tempe. Force était de reconnaître que le choc l'avait au moins tiré des vapes, même si elle avait toujours aussi mal au crâne, elle était à présent plus ou moins consciente. Suffisamment pour percuter que l'homme avait dû appeler les secours, ce qui risquait d'être une grave erreur pour elle. Si elle finissait à l'hôpital, on pourrait peut-être faire le lien entre sa crise et son nouveau gène mutant, et elle n'appréciait pas tellement l'idée. Elle ouvrit la bouche pour lui poser la question, mais aucun son n'en sortit. Frustrée, énervée, trempée et la tête douloureuse, elle ne se sentit pas l'âme à la négociation et attrapa le professeur par son col de chemise, avant d'inspirer profondément et de refaire une tentative.

- Vous... vous avez appelé... les secours ? gronda-t-elle d'une voix façon Barry White. - Faut que... je me tire d'ici. Emmenez-moi loin d'ici !

A peine les mots avaient-ils jailli (à grande peine) de la barrière de ses lèvres, qu'elle réalisa qu'elle avait utilisé son pouvoir d'hypnose sans le vouloir. Mortifiée, elle ferma les paupières, espérant que l'autre ne s'apercevrait de rien. Misère, pourquoi avait-il fallu que ça arrive ici et maintenant ?

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Dim 31 Jan - 0:07

Citation :
- Vous... vous avez appelé... les secours ? gronda-t-elle d'une voix façon Barry White. - Faut que... je me tire d'ici. Emmenez-moi loin d'ici !
Trou noir. Morgan n’avait jamais vraiment saisi le principe de la destruction de matière dans le vide. C’était fait. Morgan, une conscience ? Même plus. Un corps tout au plus. Ses yeux se vidèrent de leurs lumières habituelles pour ne plus rien refléter. Sans aucune protection, qu’elle vienne d’un pouvoir, ou même d’un métabolisme résistant, Morgan se laissait diriger comme un pantin. Ses bras tombèrent et son visage se lissa. Plus d’inquiétude. Il savait ce qu’il avait à faire. Il n’aurait épargné son fils.

Il attrapa Alice par le bras et la tira de sa stupeur. Une seule idée en tête, la sortie. Ensuite ils iraient loin. Trainant Alice dans l’escalier, Morgan affichait cet air décidé qui n’existait pas chez lui. Elèves, professeurs, employés quelconques, tous ceux qu’ils croisaient ne reconnaissait le professeur Tremblay, joyeux et angoissé, jamais à l’heure et complètement inconscient en sortie scolaire. Morgan cogna dans un étudiant qui émit un râle de protestation :

« Hé ! Fait gaffe espèce de … Oh, monsieur Tremblay. »

Sans doute le jeune homme s’attendait-il à des excuses de la part de son professeur. Morgan se retournant en entendant vaguement son nom. Mais aucune parole ne sortir de sa bouche. Son regard à la fois vide et menaçant fit le reste. L’élève fit demi-tour et s’enfui. Morgan renifla et tenant toujours Alice continua à la trainer dans les escaliers. Arrivé à la porte, il lâcha le bras d’Alice et s’éloigna un peu pour ouvrir la porte en grand. Il cligna deux ou trois fois des yeux. Les mains posées contre le battant de la porte, Morgan reprenait vaguement conscience. Encore bien attaché à l’esprit d’Alice, il eut du mal à défaire les fils emmêlés de sa pensée. En colère et surtout effrayé il cria à l’adresse d’Alice :

« Qu’est-ce que je fous ici ? J’ét ais … devant vous, vous étiez contre un mur dans le couloir, et le couloir … Il s’est passé quoi ? »

Il hurlait presque. N’osant bouger il avait simplement fait demi-tour pour mieux voir Alice. La fixant de nouveau dans les yeux, il sentit son esprit s’échapper. Ses jambes tremblèrent et il s’adossa à la porte. Il souffla, prit sa tête entre ses mains, et se secoua. Pourquoi était-il ici ? Comment avait-il pu …

« Vous avez une explication parfaitement logique à tout cela n’est-ce pas ? »

[Désolée pour le retard @____@']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Jeu 4 Fév - 22:58

Oula, en voilà un qui n'était pas du genre résistant. Rien à voir avec l'autre télépathe. L'ordre involontaire d'Alice n'aurait pas pu être mieux intégré. Dans les prunelles brunes du professeur se refléta le vide intersidéral, et il lui attrapa le bras avant de la tirer derrière lui. Lui-même traça toutes voiles dehors vers la sortie. Bon, ce qui comptait, c'est qu'elle ne soit pas là quand les secours viendraient, s'ils venaient. Toujours à moitié dans les vappes, Alice se laissa faire, moitié marchant moitié traînée. Le monde se résuma à des traînées de lumière violente et à des bruits déformés. Son ordre avait été compris, elle allait être emmenée loin, et pour le moment elle n'avait guère envie de se préoccuper d'autre chose. Le duo devait faire sensation dans le couloir, entre un professeur au regard vide et une étudiante en mauvais état et quelque peu dégoulinante. Pour Alice qui n'aimait pas se faire remarquer, c'était mal barré.

Finalement, le professeur arrêta sa fuite effrénée, et sembla reprendre ses esprits, à grande peine manifestement. De son côté, la mutante avait en plus l'impression que son esprit était resté aux prises de l'humain, et la sensation n'arrangeait pas son mal de tête. Elle fit un effort pour s'en dégager, pendant que l'autre réalisa enfin ce qui s'était passé et paniqua, logiquement. La jeune fille l'écouta vociférer, modérant son envie de lui dire de la fermer. Il fallait qu'elle trouve une solution pour se sortir de ce mauvais pas. Elle ne tarda pas à formuler une idée, pas très digne ni droite, mais bon elle ne savait pas quoi faire d'autre. D'après son expérience, il y avait deux choses qu'un homme était près à accepter d'une femme : qu'elle était faible et qu'elle avait besoin de lui. Celui-là avait en plus l'air d'être un brave type, cela ne devrait pas être trop dur de le convaincre.

Alice inspira, puis leva vers le professeur des yeux remplis de larmes. Le visage dévasté par l'angoisse, elle se mit à sangloter convulsivement.


- Je... je ne sais pas, ce qui m'arrive... Je vous en prie, aidez-moi !

Elle songea à son maquillage ruiné, puis se rappela qu'elle avait pris une bouteille d'eau sur la tête, ce qui n'avait pas arrangé les choses. Elle sortit un mouchoir et se tamponna les joues, essayant d'essuyer les traces noirâtres qui s'y trouvaient. Pourvu que ça marche, elle ne se sentait pas la force d'essayer d'utiliser une nouvelle fois son pouvoir pour le convaincre que tout ceci n'était qu'un malentendu, même s'il semblait particulièrement réceptif à l'hypnose.

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Jeu 18 Fév - 0:54

A l'angoisse de Morgan s'était substituée la colère. Il n'osait pas encore s'approcher de la jeune fille. Le truc ... venait d'elle. Ouais, forcément ! Ça venait d'elle et ça faisait d'elle ... Oh, non, non, non ... Morgan se passa plusieurs fois les mains sur le visage. Il était bien lui. Plus de chaînes. Plus de noir. Plus de cris. Il était de nouveau lui.

- Je... je ne sais pas, ce qui m'arrive... Je vous en prie, aidez-moi !

Et comme de la glace au soleil, Morgan sentit sa colère fondre d'un seul coup. La pauvre avait surement besoin de secours et pas d'un homme en train de gémir. Il s'imagina son père lui foutre une grande claque sur la tête en hurlant des noms de fille. Oui, c'est probablement ce que son père aurait fait.

Prudemment, il s'approcha de la jeune fille.

« Votre nom, vous vous en souvenez ? Vous ... vous savez où nous sommes ? »

Il n'osait plus parler de 'secours' vu la réaction que cela avait provoquée. Il n'avait aucune envie de retourner en prison, où quoi que cela puisse être.

Il tremblait encore. Il ferma les yeux et s'immobilisa à mi-chemin entre la porte et la jeune fille. Il murmura, et cela était presque inaudible :

« 3,14159265 ... Bien ... Rosarosarosamrosaerosaerosa. Bien, bien ... »

Il rouvrit les yeux, sur d'être en pleine possession de ses capacité désormais.

« Je suis M. Tremblay, euh ... Morgan. Je suis professeur ici, cependant je ne pense pas que nous nous soyons croisés avant la bibliothèque. Vous dîtes que vous ne savez ce qui est arrivé ? »

Il soupira, de lassitude et de fatigue.

« J'avoue ne pas savoir non plus ... »

Mais il ne pouvait s'empêcher de penser au mot 'mutante'. Il ne pouvait pas passer à côté. C'était forcément ça. Seulement, si c'était 'sa première fois', elle ne pourrait pas beaucoup l'éclairer sur la nature de sa mutation. Il fallait prendre une décision. Une seule s'imposa à son esprit :

« Je vous propose d'abord de quitter le hall et d'aller vous nettoyer. Enfin, si vous pouvez vous lever. Ensuite, si les secours - et il marqua une toute petite pause à l'énoncé de ce mot - ne vous disent toujours rien, nous pouvons toujours aller boire quelque choses de chaud où n'importe quoi qui puisse vous calmez. »

A ce point de désespoir, Morgan lui aurait même servi du whisky, précieux breuvage caché dans un petit placard cadenassé dans la salle des profs.

[Désolée, c'est pas du grand art x___X]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Mer 7 Avr - 20:15

Alice jugea qu'elle était vraiment dans une merde noire. Elle avait tout fait jusqu'à présent pour garder secret son pouvoir aux yeux du monde, et elle y était plutôt bien arrivée jusqu'à présent, excepté ce John Machintruc. Mais pour lui, c'était différent. Il y avait monnaie d'échange, le fait qu'elle sache en retour que lui aussi était un mutant. Et grâce à ça, elle était à peu près sûre qu'il ne lui chercherait pas d'ennuis. Comment faire maintenant ? Après ce qui s'était passé, l'autre n'allait certainement pas faire comme si de rien était. Alice trouvait qu'il n'avait pas l'air bien malin, mais quand même pas au point de ne pas faire de liens avec le problème mutant. Il fallait absolument qu'elle trouve un moyen de le faire taire, coûte que coûte.

Manifestement, le coup de la jeune fille perdue et en larmes avait l'air d'avoir bien marché. Alice reprit espoir, pensant qu'il ne serait pas difficile à manipuler, même sans pouvoir. Il lui demanda son nom, question à laquelle elle répondit avec une voix toujours tremblante, l'air encore affolé.


- Je... m'appelle Alice Harper. Et je crois que c'est... hum. La sortie.

Elle adopta une attitude de dignité maladroite, essayant d'avoir l'air de maîtriser la situation sans y parvenir. Il ne fallait pas que son attitude tranche trop avec ce qu'il avait pu voir d'elle à la bibliothèque ou il allait finir par se douter de quelque chose, bouleversé ou pas. Pendant qu'elle essayait d'élaborer diverses stratégies pour se sortir d'affaire le mieux possible, l'homme, toujours sous le choc, était parti marmonner des trucs incompréhensibles dans son coin. Lorsqu'il revint, il avait l'air d'aller un peu mieux, du moins suffisamment pour gérer la situation, et c'était tout ce qu'Alice demandait. Celle-ci s'était assise sur les marches, et se massait les tempes. Le malaise avait diminué mais était toujours présent, et elle ignorait combien de temps il lui faudrait pour être à nouveau d'aplomb. Quoiqu'il arrive, elle n'était pour le moment pas en état de réfléchir, et toutes ses tentatives pour monter des combines cohérentes tombaient à plat. Elle manqua de sursauter quand l'homme lui adressa à nouveau la parole, et fustigea mentalement sa nervosité.

Un professeur, évidemment. Elle s'en doutait un peu, mais cela ne faisait que confirmer qu'elle n'était pas tombée sur la bonne personne. Dommage que son pouvoir ne soit pas une chance surhumaine, parfois cela manquait quand même un peu. Elle garda le silence, attendant qu'il aille jusqu'au bout de son idée.


Citation :
« Je vous propose d'abord de quitter le hall et d'aller vous nettoyer. Enfin, si vous pouvez vous lever. Ensuite, si les secours - et il marqua une toute petite pause à l'énoncé de ce mot - ne vous disent toujours rien, nous pouvons toujours aller boire quelque choses de chaud où n'importe quoi qui puisse vous calmez. »

- Je suis encore navrée... Non, pas l'hôpital, je vous en prie, ils... sauront.

Elle s'aperçut avec horreur que l'accent d'angoisse qui perçait dans sa voix n'était pas totalement simulé. Elle aurait bien aimé se débarrasser de Tremblay, mais elle ne pouvait pas le laisser filer avec ce qu'il savait. Bien que l'idée lui plaise moyennement, il fallait qu'elle soit sûre qu'il ne trahisse pas son secret.

- Ecoutez, je ne veux pas vous causer d'ennuis ou vous retarder, mais il va falloir qu'on discute de... euh. Tout ça. Navrée mais comprenez que j'ai trop peur, il faut que je sois sûre que vous n'allez rien raconter.

Alice constata qu'elle savait très mal dire la vérité. On avait l'impression qu'elle sous-entendait qu'elle allait le coincer dans un recoin sombre pour le descendre. Elle soupira.

- Sinon je vais mieux, merci. J'ai juste mal à la tête, et je me sens un peu faible, mais ça va.

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Jeu 29 Avr - 22:31

Morgan était encore quelque peu choqué de l'expérience dont il venait de faire l'objet, mais le visage décomposé de la jeune fille fit passer sa petite personne au second plan. Ce n'était pas lui avait fuit en courant de la bibliothèque.

- Je... m'appelle Alice Harper. Et je crois que c'est... hum. La sortie.

Alice Harper. La plupart du temps, Morgan se souvenait des noms de ses élèves à défaut des visages. Mais décidement, non, il ne la connaissait pas. Pour une première rencontre, s'en était une belle ! Il n'aurait jamais songé à quelque chose de pareil. Bien sûr il avait souvent imaginé qu'un jour, il aurait à faire avec une étudiante ou un étudiant en mauvais état, et en réalité, c'était déjà arriver. Mais rien d'aussi violent. Morgan se gratta la tête. Une scientifique surement. Il ne l'avait jamais vu dans le bâtiment qu'il occupait la plupart du temps alors ... Puis il avait aussi brievement vu le livre qu'elle tentait d'étudier. Il était vrai que ce n'était pas chose aisée avec un Morgan faisant semblant de travailler. Soudain, il se demanda si c'était normal qu'elle soit aussi pâle.

- Je suis encore navrée... Non, pas l'hôpital, je vous en prie, ils... sauront.

Bon, elle ne voulait pas non plus l'hôpital ... Morgan en venait à être à cours d'idée. Qu'elle n'aille pas lui faire croire que s'était quelque chose de normal ! Et il y avait ce grand blanc dans son esprit. Une impression de ... des chaînes, oui, des ... Morgan secoua la tête et cligna plusieurs des yeux. Ce n'était pas le moment.

- Qu'est ce qu'ils sauront ?

Et si elle était une droguée ? Cela expliquerai peut-être cela. Le refus des secours, de l'hôpital. Ils sauront. De ce qu'il savait, les drogués n'étaient pas très fière de leur dépendance. Au fond de lui-même, Morgan esperait que ce ne soit "que ça." Le monde des drogués, il en connaissait la théorie au moins. Le mot mutant se profilait lentement dans son esprit, comme un ver qui fait son nid dans les replis de son cerveau.

- Ecoutez, je ne veux pas vous causer d'ennuis ou vous retarder, mais il va falloir qu'on discute de... euh. Tout ça. Navrée mais comprenez que j'ai trop peur, il faut que je sois sûre que vous n'allez rien raconter.

Une droguée. C'était le plus simple. De nombreux étudiants craquaient sous la pression des examens et ils en venaient à ces extrémités. Morgan lui-même se souvenait d'avoir fumé quelques joints à une époque un peu stressante de sa vie. Mais Morgan aimait desespérement étudier, en lieu et place de sortir "s'amuser". Rien n'était plus fun qu'un bouquin traitant des tribus d'amazonie au 19ème siècle. Ainsi, il était devenu professeur. Cependant tous les étudiants n'étaient pas comme lui, et certains, pour diverses raisons, craquaient.

Restait qu'elle était terrifiée. Etait-elle menacée de quelque chose ? Par quelqu'un ? Au moins, elle voulait bien parler ... Peut être faire une sorte de confession. Le truc du prof marchait peut être encore finalement. Quoiqu'il en soit, il allait devoir la jouer fine, si il voulait avoir le fin mot de l'histoire. Alice ne semblait pas être une femme à se confier souvent.

- Peut être souhaiteriez-vous parler dans un endroit plus privé que dans le hall ? Alons à mon bureau si vous le voulez bien.

Sa voix était calme, posé, comme celle qu'il utilisait quand son fils avait un problème à régler. C'était peut-être le truc du père.

- Sinon je vais mieux, merci. J'ai juste mal à la tête, et je me sens un peu faible, mais ça va.

Morgan hocha la tête et l'aida à se lever. Avec un peu d'appréhension il lui attrapa le bras et l'aida à marcher. Quelques minutes plus tard, ils furent dans le "bureau" de Morgan Adrian Tremblay, professeur de Sciences Humaines et bordélique à ses heures perdues. Si son appartement ressemblait à un hôpital javelisé, son bureau était son sanctuaire. Il y avait de tout, n'importe où. Il dégagea quelques bouquins, et sortie une chaise. Il invita Alice à s'y asseoir, puis il débarrassa son bureau, où il s'assit en tailleurs. Une légère odeur de café et de papier brûlé flottait dans l'air. Ici, il retrouvait ses vingt ans. Il se pencha un peu en avant et dit :

- Je vous écoute.

On faisait difficilement plus simple. En même temps, Morgan ne savait pas trop quoi lui dire. Il commencait à se demander si la jeune fille n'allait pas refaire un crise. Si cela se produisait, accord ou pas, il appelerai les secours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Sam 1 Mai - 14:37

[HJ : Mort de rire, le quiproquo sur la drogue XD Je vais l'entretenir, c'est trop bon XD]


Alice, quelque peu tendue, attendit la réponse de Tremblay, qui ne tarda pas à venir sous une forme étonnamment calme et posée, d'un ton presque paternel. Apparemment, il avait fini par digérer son stress, ou alors sa personnalité avait un tel côté protecteur qu'il ne pouvait s'empêcher de prendre virilement la situation en main. La jeune fille en fut soulagée quelque part, il avait eu l'air d'un hystérique en premier lieu, et elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Le professeur lui proposa de venir discuter dans son bureau, ce qui lui parut une bonne idée. Au moins, ils seraient tranquilles.

- D'accord, approuva-t-elle, je vous suis.

Tremblay l'aida à se relever, non sans réserve, devant craindre quelque réaction violente de sa part. Mais Alice resta docile. Ses jambes flageolèrent et elle crut d'abord qu'elles ne parviendraient pas à la porter, mais réussit finalement à tenir debout. Le professeur continua de la soutenir tout en la guidant, et elle se mit en route d'un pas maladroit.

Le trajet se passa en silence ; Alice sentait le bras crispé de Tremblay, ce qui par projection la crispait aussi. Il devait s'attendre à ce qu'elle pète de nouveau un câble à tout moment, aussi ne le blâmât-elle pas trop. Tandis qu'ils marchaient, elle sortit de sa poche un mouchoir avec lequel elle essuya son visage trempé et tâché de mascara. Tout son maquillage partit dans l'opération, ce qui lui déplut ; elle ne s'aimait pas sans son habituelle dose de noir, au naturel elle avait un air juvénile et fragile qui ne lui convenait que moyennement. Enfin, c'était toujours mieux que de ressembler à un clown tombé dans une piscine. Et puis Tremblay n'était plus tellement à ça près...

Lorsqu'elle entra dans le bureau, elle eut quelques secondes de stupeur. C'était bien un professeur de matière littéraire, aucun doute. Tout était sans dessus dessous, dans le désordre le plus chaotique, mais elle trouva que paradoxalement une impression d'harmonie se dégageait de cet assemblage hétéroclite. Les nombreux livres et bibelots étranges faisaient ressembler la pièce à un croisement entre un musée et une bibliothèque. Pendant que Tremblay fouillait dans le souk ambiant pour lui dénicher une chaise, elle laissa errer son regard à la recherche de détails intéressants, se disant qu'en d'autres circonstances elle aurait adoré photographier cet endroit.

Une fois Alice assise, Tremblay débarrassa sommairement son bureau et s'y installa en tailleurs, posture qui ne manqua pas d'interpeller la jeune fille ; décidément, elle avait vraiment affaire à un original. Mais peu importait ses goûts en matière de tenue d'accueil, ce n'était pas ce trait de caractère qui l'intéressait. Il allait falloir qu'elle lui fasse confiance sans aucune preuve, ce qui lui déplaisait au plus au point, mais elle n'avait pas tellement le choix. Il n'y avait plus qu'à espérer que ce ne serait pas un anti-mutant qui n'attendait qu'une occasion pour en dénoncer le maximum au gouvernement. Avec le peu de choses qu'elle avait pu voir de lui, Alice estima qu'il serait sensible au pouvoir des mots surtout ceux venant d'une jeune fille éplorée, aussi joua-t-elle cartes sur table. Tremblay l'ayant invitée à la parole, elle se lança.


- Professeur, comme vous avez pu le voir, j'ai quelques euh... disons, problèmes.

Elle voulait autant que possible éviter de donner des explications claires ; moins il en saurait mieux ça vaudrait.

- Je suis désolée que vous ayez été témoin de cet... écart, et je vous promets de faire en sorte qu'il ne se reproduira pas. Pouvez-vous me promettre en retour de garder cela pour vous et de n'en parler à personne ?

Elle leva vers lui des iris violacées troublées par les larmes. Savoir pleurer sur commande était décidément bien pratique.

- Je peux vous faire confiance ?

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Morgan A. Tremblay
Epargné
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Heuresement, aucun.
Humeur : Lamentable.
Groupe : Épargnés
Caractère : Enjoué & Sociable & Angoissé
Date d'inscription : 07/07/2009

Carte d'identité
Age: 30
Profession: Professeur de Sciences Humaines
Liens:

MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   Mar 6 Juil - 20:44

Morgan fronça les sourcils et se concentra. La jeune fille, Alice, se décidait à parler. Il aurait cru que se serait plus difficile. Il ne s'attendait pas non à ce qu'elle crache le morceau d'un seul coup. Il l'avait vu parcourir du regard son bureau-foutoir d'un œil perplexe, même intéresser. Non pas qu'il eu beaucoup d'objet de valeur, mais certains paraissaient plutôt étrange pour des yeux néophytes.

- Professeur, comme vous avez pu le voir, j'ai quelques euh... disons, problèmes.

Il plissa les yeux et pinça les lèvres en réprimant un rire gêné. « Professeur ». Au mieux, ses élèves l'appelait « m'sieur », et au pire « Morgan ». Professeur semblait tellement sérieux, surréaliste pour un homme comme lui. Bien que sa vie ne ressembla plus vraiment à un long fleuve tranquille, il tenait à certaine de ses habitudes. Et se faire appeler Professeur, par une jeune femme qui n'était en plus, même pas son élève le perturbait au plus haut point. Mais Alice Harper n'était pas Joy ou Lizzie, et de ce qu'il avait pu deviné d'elle, Alice n'était pas le genre de femme à s'étendre en familiarité. Et elle avait assez de problèmes comme ça. Il passa la-dessus et son visage redevint lisse.

- Je suis désolée que vous ayez été témoin de cet... écart, et je vous promets de faire en sorte qu'il ne se reproduira pas. Pouvez-vous me promettre en retour de garder cela pour vous et de n'en parler à personne ?

Un écart, un écart ... Cela voulait-il dire qu'elle avait pris sa dose trop tôt ? Ce ton d'excuse ne collait pas avec son précédent comportement. Peut être était-ce une demi-promesse caché. Promesse qu'elle ne tiendrait sans doute pas. C'était trop facile. Morgan avait connu quelques drogués et ce n'était que promesse non tenue. On ne décroche pas comme ça. Quand à n'en parler à personne ...

« Vous pouvez compter sur ma discrétion. Mais comprenez, mademoiselle, que si votre problème venait à persister ... il y a des gens pour vous aidez, vous et ... les autres. »

Non, non, Morgan n'était pas breveté en délicatesse.

« Pour autant, si vous vous y opposez, je n'irais rien révéler à personne. Pour cette fois. »

Un ton ferme, un visage calme, les mains solidement attaché à son bureau, Morgan parlait à Alice comme il aurait parlé à son fils. Elle devait s'en rendre compte. Il avait bien l'impression de passer pour un débile. Qu'est ce qu'elle devait rire en elle-même sur sa crédulité, et sur la facilité qu'elle avait eu à le manipuler. Mais quand elle leva vers lui des yeux baigné de larmes, il ne put s'empêcher de fondre. Pauvre enfant.

- Je peux vous faire confiance ?

Confiance ? C'était un bien grand mot. Morgan était un homme de confiance. Mais il était aussi professeur, et père, et il savait que parfois, il fallait passer au dessus des volontés de chacun pour leur propre bien. Mais il lui avait déjà expliqué.

« Vous pouvez compter sur mon silence, pour cette fois, mais comprenez bien que si une nouvelle, euh, « crise » vous prenait, je ne pourrais faire autrement. Il en va de votre santé, et de celle des autres. »

Morgan soupira longuement et son regard tomba sur sa machine à café. Il se leva d'un bond de son bureau et fit tombé au passage une pile de dossier. Un parcours du combattant plus tard, une tasse en main, il lança :

« Une tasse de café ? »

Il n'avait pas attendu sa réponse que déjà, son propre café coulait. Il en avait bien besoin. Rien ne valait un bon café bien fort pour s'éclaircir complètement les idées. Du thé aussi n'aurait pas été mal. Mais si il fallait retrouver sa théière, il en avait pour la journée. Il remarqua enfin les dossier, tombés aux pieds de la jeune fille. Il plissa les lèvres, de la même manière que précédemment, et souffla :

« Un jour, ce bureau retrouvera sa forme originel. Un jour. Quand je serais parti. »

Il sourit d'un air encourageant. Tout, tout, mais pas une autre crise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beaucoup de bruit pour rien {Alice Harper}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth :: Boston :: 
Académie
 :: Bibliothèque
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Naruto RPG