AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre mutants ! [ Sam Rutherford ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Todd Smooth
Stardust
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 61
Localisation : Là où tu ne seras pas j'espère
Pouvoirs : Effet Somnifère
Humeur : Toujours mauvaise
Groupe : Chercheur du Stardust
Caractère : Une démonstration ?
Date d'inscription : 27/10/2009

Carte d'identité
Age: 52 ans
Profession: Médecin/Chercheur et emm*rdeur
Liens:

MessageSujet: Entre mutants ! [ Sam Rutherford ]   Jeu 19 Nov - 22:16

    Glop, glop, glop... Les gouttes tombait dans le café chaud qui venait de sortir et pourtant, aucune main ne se tendait pour aller l'attraper. Prés de la machine aussi connue pour être le point de rassemblement de racontage de ouïe-dire le plus intense, se tenait un homme qui pour une fois, tentait d'être discret. Fermement appuyé sur sa canne de bois poli, il observait le bout du couloir en l'attente de quelque chose. Ses iris azurs se tournèrent seuls vers l'horloge accrochée au mur dont le tic tac abusif entrait dans un cercle de stress infernal. Sans grande réaction et prenant son mal en patience, Todd fit une moue et retroussa ses joues... C'est alors qu'il vit furtivement passer une troupe de scientifiques en blouses blanches qui scandaient une fin de journée bien méritée. Un sourire en coin apparut sur les lèvres de Smooth qui attrapa son café et s'enfonca dans le couloir pour ensuite, tourner dans la direction opposée dans laquelle étaient partis ses confrères. A une heure si avancée, voire au commencement du lendemain puisqu'il était minuit passé, les locaux du Stardust étaient quasiment déserts, le moment idéal pour s'adonner à quelques projets personnels. En effet Todd bien qu'il honore l'organisation de sa fréquente présence, préférait la solitude à la compagnie de ceux qu'il considérait comme des abrutis. Après avoir jeté un dernier coup d'oeil dans les lugubres couloirs néants, il sortit son passe qu'il glissa dans une fente lui donnant l'autorisation d'accéder à des endroits plus privés que d'autres. Une fois que la diode verte s'alluma, la porte s'ouvrit pour laisser passer le médecin qui, après avoir ouvert une seconde porte, se retrouva dans un petit laboratoire aux nouvelles technologies de pointe abondante. A l'aise comme un poisson dans l'eau, il prit une gorgée de son café et le posa sur un coin d'une table avant de déplacer quelques produits par-ci par-là. Il retira sa veste puis installa une oreillette reliée à un petit micro qui se logea prés de sa bouche, de manière à enregistrer ses paroles. Une fois fait, il actionna l'interrupteur qui illumina fortement la salle, laissant apparaitre une grande cabine de verre isolatrice dans un coin, séparée par un sasse d'accès. Todd attrapa une boite recouverte d'un drap et la posa en évidence sur la table.

    " Nous sommes le 20 décembre 2009, il est 00h46 et les rats de laboratoire ont eu du mal à quitter leurs postes aujourd'hui. Je vais pouvoir reprendre mon expérience. " Il retira le draps dévoilant ainsi plusieurs lapins enfermés dans de petites cages différentes. " Bonsoir mes lapines ! La dernière fois j'ai remarqué que les doses de toxine différaient et qu'à un niveau trop haut niveau, elles causaient des sequelles irréversibles et dans le pire des cas, la mort. Je vais donc tenter de réitérer l'expérience en prenant deux facteurs en compte. Premier essais, accélération des pulsations du coeur par effet psychologique des souvenirs. "

    Todd attrapa ses cobayes et se dirigea vers le sasse pour pénétrer dans la cabine de verre. Depuis quelques temps déjà, depuis le jour où il a découvert sa mutation en réalité, le docteur passait parfois ses nuits à s'auto-analyser à travers différents processus. Son but premier était d'isoler le gêne mutant qui l'avait modifié et d'essayer de le comprendre pour faire ainsi avancer la science. Les membres du Stardust faisaient la chasse aux mutants et malheureusement ils en manquaient cruellement pour continuer leurs recherches. Todd ne pouvait se risquer à révéler son interversion, il ignorait ce qu'ils lui réserveraient malgré son génie indispensable. De plus cela lui permettrait d'apprendre à contrôler son pouvoir, chose qui n'était pas aisée lorsque l'on pouvait si peu l'utiliser. Il n'avait donc mieux trouver que de s'isoler lorsque tous étaient partis pour voguer à ses machinations de laborantin sans être dérangé. Une fois dans l'isolatoire, il déposa les cages sur la table et se mit en face. Il ferma les yeux et prit une grande inspiration, s'enfermant dans sa concentration. Il chercha à se souvenir des pires moments qu'il avait pu passer dans sa vie, tout ceci pour emballer son rythme cardiaque tout en libérant par il ignorait encore quel psychisme les toxines soporifiques de son corps. Il se souvint alors des insultes de son paternel envers son refus de suivre son chemin et sa détermination à devenir médecin. Une vie de famille inexistante, un mépris de la part de son frère cadet... S'ensuivirent les images de son accident de moto qui le firent presque paniquer intérieurement. Dans leurs cellules, les lapins devenaient de moins en moins dynamiques, jusqu'à ce qu'ils ne tombent brutalement dans un l'inconscience, tous sans exception. Todd ouvrit un oeil, puis l'autre avant de s'avancer vers les cobayes. Il les empoigna à nouveau et sortit de la salle dont l'air était encore chargée du gaz soporifique, d'où l'importance du sasse pour en isoler les deux atmosphères différentes. Il posa les cages sur le bureau et les observa avec attention en reprenant son monologue.

    " A première vue, sur quatre cobayes trois ont un pouls inexistant et un semble être dans un coma profond, à confirmer après tests. Aucun gaz soporifique ne peut tuer à une telle vitesse à moins... A moins qu'il ne résulte lui même d'une mutation de plusieurs toxines... " Il sembla se perdre dans sa réfléxion, le regard égaré dans le vide. " Créant ainsi une espèce sous-jacente, et donc inconnue... Ce qui expliquerait pourquoi je n'arrive pas à la comparer... Et donc à l'identifier ! "

    Il avait le doigt dessus, le doigt sur la solution il le sentait. Tout n'était question que de logique finalement, et bien souvent les hommes cherchaient compliqué lorsqu'ils pouvaient aller au plus simple. Todd continuait son intense spéculation tout en s'asseyant doucement, prenant un objet au hasard comme cible de son regard sans réellement le regarder.

    " Et si c'est le cas... Alors peut-être que nous faisons fausse route sur la manière dont nous étudions le gêne perturbateur... Nous n'arrivons pas à l'isoler peut-être parce qu'il n'y a rien à isoler... "



[ Ouh ouh pas terrible comme début désolé ^^' me rattraperais ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Rutherford
Stardust
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 30
Localisation : Loin des femmes et des problèmes qu'elles créés, à la recherche de quelques mutants !
Pouvoirs : Détection du Mensonge
Humeur : Solitaire - Hostile - Agacée
Groupe : Stardust
Caractère : Intelligent - Manipulateur - Menteur
Date d'inscription : 12/04/2009

Carte d'identité
Age: 34 Ans
Profession: Policier
Liens:

MessageSujet: Re: Entre mutants ! [ Sam Rutherford ]   Sam 21 Nov - 15:43

Sam avait tout simplement oublié qu’il était sensé passer la journée à bosser ailleurs que dans son habituel bureau du commissariat central de Boston. En réalité, c’était une chose plutôt gênante lorsqu’il se rendait compte qu’il avait involontairement oublié une mission assez importante directement liée à la seconde branche de sa profession. Cette seconde branche, plus connue sous le nom de l’organisation du Stardust, avait simplement demandé au policier Polonais de s’occuper de régler quelques cas mineurs de mensonges qui devaient être détectés chez certains suspects soupçonnés d’être des mutants. Ils auraient aussi bien pu demander à la petite chinoise, ou Japonaise (Sam n’arrivait jamais à identifier convenablement la nationalité de l’asiatique, tout ce qu’il savait, c’est qu’elle avait les yeux bridés, voilà tout !), mais bien évidemment, ils avaient eus un empêchement qui faisait que son pouvoir de détection des mutants était utilisé ailleurs en ce moment. Le flic avait autre chose à faire de ses journées que de devoir poser des questions à des personnes qu’il ne connaissait pas juste pour savoir s’ils avaient été touchés où non par la modification effectuée sur le code génétique de certaines personnes. Malheureusement, son rôle dans le Stardust l’obligeait certaines fois à devoir agir contre sa volonté, et même si l’envie de bouger de son bureau pour aller dans le bâtiment qui regroupait tous les membres de cette organisation était absolument inexistante, il devait se forcer.

Est-ce qu’il avait fait exprès de repousser sans cesse ce moment inévitable ? Ou est-ce que c’était tout simplement son inconscient qui l’avait volontairement orienté vers d’autres horizons, des dossiers qui étaient pour la plupart pratiquement clos, mais n’attendaient qu’un peu plus de paperasse. Souvent le flic se disait que s’il était payé 1 dollar par feuille inutile qu’il remplissait, il serait riche depuis belle lurette ! Le Polonais estimait tout simplement que l’état Américain, particulièrement les commissariats de la ville de Boston, devaient être coupables du défrichement de la moitié des arbres de la forêt Amazonienne ! Mais il était inutile de chercher à passer à coté de ses obligations, et bien qu’il savait très bien qu’il finirait par devoir se rendre au Stardust, Sam traîna encore un bon moment dans son bureau, terminant de clore les dossiers qui restaient sur son bureau un peu plus longtemps habituellement. Au moins un point positif dans l’histoire, il avait tout simplement décidé de faire tout un tas de choses qui habituellement n’étaient faites qu’à la dernière minute. Mais il n’avait plus réellement le choix, le temps avait rapidement défilé, et après avoir consulté la montre accrochée au-dessus de la porte du bureau commun qu’il partageait avec deux collègues, Sam se rendit compte qu’il était près de minuit. Tout le monde était déjà rentré, mis à part les deux policiers de garde bien entendu, mais le Polonais n’en faisait logiquement pas partit. Il devait s’y rendre, il était certainement trop tard et plus personne ne devait s’y trouver, mais ça lui ferait une bonne excuse après tout non ?

Le policier se redressa, puis après avoir attrapé la veste civile qu’il portait toujours, Sam passa par les vestiaires histoire de laisser son uniforme au commissariat, puis il sortit dans la rue, en civil cette fois-ci. Il avait la carte qui lui donnait l’accès aux bâtiments du Stardust, et ne devait donc pas se fatiguer à se trimballer jusque là-bas en tenue de policier, et c’était tant mieux, il n’aimait pas avoir l’air de patrouiller aussi tard dans la nuit dans des quartiers comme ceux de Boston. Sam aimait le risque mais n’était pas suicidaire, il se sentait bien plus à l’aise en civil, et il en imposait assez, l’uniforme n’était qu’un complément, il avait hérité de la stature très sévère de son père, et généralement cela suffisait amplement à calmer les ardeurs des plus téméraires. Sam emprunta le chemin le plus direct qui menait logiquement au bâtiment du Stardust qui l’intéressait, et il savait qu’il en avait pour une bonne demi-heure de marche, mais il n’aurait jamais imaginé prendre une voiture ou héler un taxi. Il n’aimait pas tout ce qui était de ce genre et il préférait largement marcher, même s’il devait prendre plus de temps. De toute manière le Polonais n’était pas pressé de se trouver là-bas, alors si cela pouvait rallonger de quelques minutes le temps d’y aller…. Il était preneur !

Après quelques dizaines de minutes, le policier déboucha finalement devant le bâtiment du Stardust, et il soupira légèrement avant de se diriger vers la porte d’entrée, après être passé devant le contrôleur qui laissait passer les voiture bien entendu. Celui-ci connaissait bien Sam depuis le temps, et même si le policier ne venait pas souvent ici, il n’avait plus besoin de toujours se faire contrôler, mauvaise idée selon le policier, après tout il aurait put être un mutant caméléon non ? Heureusement pour le contrôleur ce n’était pas le cas. Sam se rendit directement vers le responsable de l’accueil lorsqu’il entra sans prendre la peine de regarder autour de lui, il connaissait assez ce hall pour ne pas avoir besoin de se fatiguer à tout analyser. Après un rapide échange avec l’officier d’accueil, le flic fut envoyé vers les laboratoires, visiblement les suspects avaient été laissés de coté et quelque chose d’autre nécessitait son attention. Le policier ne savait pas vraiment quel laboratoire exactement, mais il finirait bien par trouver après tout. Il emprunta les escaliers (encore une fois il détestait devoir utiliser les ascenseurs et tout ce qui était de ce genre), et il se retrouva dans le couloir qui débouchait sur les laboratoires habituellement utilisés pour les tests sur le gène mutant. Sam n’était jamais tranquille lorsqu’il se retrouvait dans ce coin, mais il n’avait pas le choix hélas, alors plus vite il ferait, plus vite il pourrait s’en aller ! Après quelques portes fermées, Sam tourna la poignée d’un laboratoire ou un filet de lumière filtrait sous la porte. A sa grande surprise, il n’y avait personne, du moins il le pensa jusqu’à ce qu’il entende une voix masculine dans la pièce, mais sans voir qui parlait.

Après quelques instants, il constata que cela venait de l’isoloir, peut-être un chercheur qui parlait avec un collègue ? Non, un homme sortit, seul, et s’arrêta pour parler seul, disant des choses plutôt étranges qui n’étaient pas exactement ce que Sam avait l’habitude d’entendre. Il parlait de cobayes, de coma, de tests, de gaz soporifique, le Polonais ne comprenait pas tout ce que c’était, mais il écouta néanmoins, plissant les yeux pour accentuer son incompréhension, mais toujours en silence. L’homme s’assit finalement, comme perdu dans sa réflexion, puis tout à coup se remit à parler. Il devait certainement chercher une solution pour supprimer le gène mutant, c’est du moins ce que le policier déduisait en entendant les dernières paroles de l’homme. Il pensait qu’il n’y avait peut-être rien à isoler, mais Sam avait le sentiment que si, seulement qui était cet homme, et que fait-il seul si tard ?


« Hey ! Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous ne devriez pas être seul logiquement, je croyais que les chercheurs devaient toujours travailler en duo ? ! Qu’est-ce que vous êtes en train de fabriquer ? »

Sam poussa la porte pour l’ouvrir complètement avant de faire un pas dans la pièce. Certes il était en civil et l’autre devait certainement se demander ce qu’il lui voudrait, mais néanmoins, l’assurance que l’homme avait devait suffire à prouver au chercheur qu’il n’était pas simplement un nettoyeur, et surtout qu’il avait une bonne raison d’être ici.

[ HP : Ne t’en fais pas, c’est très bien, par contre désolé, je n’ai pas beaucoup avancé je dois avouer, ce sera mieux la prochaine fois ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypto.superforum.fr
 
Entre mutants ! [ Sam Rutherford ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth :: Stardust :: 
Les différentes agences
 :: Laboratoire
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com