AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Straight to hell - Libre

Aller en bas 
AuteurMessage
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Straight to hell - Libre   Mer 6 Jan - 21:04

    Heather raccrocha le téléphone. Encore une fois, John n'avait pas répondu. Elle avait beau appeler et laisser des messages, rien n'y faisait, aucun signe de vie. Elle était même passé chez lui plusieurs fois grâce au clefs qu'elle avait, mais elle avait à chaque fois trouvé l'appartement dans le même état.... Il en était de même pour Joy, qui ne donnait plus de signe de vie. La jeune femme commençait à s'inquiéter. Autant, pour John, cela pouvait être pour le travail ou quelque chose du genre, mais Joy ? Cela ne lui ressemblait tellement pas ! John lui manquait. Énormément même. Elle poussa un soupir, lorsque la voix off du répondeur lui annonça que celui-ci était plein. Rangeant son téléphone dans son sac, elle décida de sortir pour se changer les idées.

    Depuis que John et Joy n'étaient plus là, elle ne se défonçait plus autant qu'avant. Elle n'y trouvait plus de plaisir, ou moins en tout cas. Elle avait trouvé en plus de son travail de serveuse dans un bar, un petit contrat pour une petite boîte de publicité qui cherchait un mannequin. Il était étrange de voir comme la vie continuait normalement pour certaines personnes depuis la catastrophe. Elle quitta son appartement et prit la direction du centre ville, à moitié ravagé. Elle savait qu'il y restait quelques petites friperies ouvertes malgré tout et c'est là qu'elle irait. Elle s'entendait bien avec les gérants et cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus fait de shopping.

    C'est donc à pied qu'elle s'y dirigea, constatant tout ce dont elle était passé à côté, perdue dans les abysses des drogues et de l'alcool. Des ruines, de la misère, le chaos régnaient en maître autour d'elle. Elle du s'arrêter pour respirer, comme soudainement prise de vertiges. Comment n'avait-elle pas pu remarque tout cela ? Comment était-ce possible ? On ne pouvait pas ne pas voir cela ! Elle s'adossa à un mur et pris le temps de se calmer. Une fois remise, elle reprit son chemin.

    Pourtant, un grand nombre de personnes semblaient comme elle continuer de mener une vie semblable à celle qu'ils viviaient avant Rebirth. Elle eu une pensée pour ses parents et ses frères. Il ne lui manquait pas ; pas trop en tout cas. A part Irène peut-être. Elle s'arrêta à un kiosque et acheta un journal pour avoir des nouvelles du monde qui l'entourait. Elle qui suivait régulièrement l'actualité n'avait pas allumé sa radio depuis près d'un mois ! Elle connaissait les principaux points de l'actualité, mais pas les détails. Tout en lisant le papier, elle reprit sa marche.

    Les journaux ne parlait pas des disparitions. Elle se mordit la lèvres. Elle avait espéré trouver quelque chose, mais rien. Rien qui ne l'intéressait du moins. Elle refoula le sanglot qui montait. Pour être sûre, elle essaya encore une fois d'appeler, Joy cette fois ci. Le téléphone ne sonna même pas et elle tomba sur le répondeur. Elle laissa un message, pour la forme. Deux mois qu'ils avaient disparu tout de même ! Elle hésitait à aller voir la police, sans savoir pourquoi.... un autre pressentiment comme elle avait eu pour John. Car le lendemain de la peur panique qui l'avait saisie, il avait disparu.

    Elle bifurqua dans une rue et se dirigea vers une petite boutique, ouverte, comme elle l'avait prédit. Elle regarda quelque temps la vitrine, le regard perdu, puis entra. Elle salua le patron et fila directement dans le magasin, ne voulant pas parler tout de suite. Elle se trouva une nouvelle jupe, des bottes, deux chemises et une robe. Après avoir discuté quelques instants, elle sortit de la boutique pour se diriger vers un autre.

    Elle n'arrivait pas à se détendre, voir même, la panique l'envahissait petit à petit. Une fois de plus, elle dû s'arrêter pour calmer ses vertiges. Elle savait que ces effets venaient aussi de son corps qui réclamait ses doses de drogue qu'il n'avait pas eu depuis longtemps. Assise sur un banc, elle posa ses coudes sur ses jambes et se pris la tête dans les mains, priant pour la crise passe vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marino Gianetti
Initié
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Localisation : Appartements de Boston, Université de Cambrige
Pouvoirs : Matérialisation d'armes
Humeur : Paniqué
Groupe : Initié
Caractère : Parano - Imaginatif - Loyal
Date d'inscription : 28/10/2009

Carte d'identité
Age: 20 Ans
Profession: Etudiant
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Lun 11 Jan - 0:19

De l'air s'il vous plaît ! Marino ne sortait de chez lui que pour aller à l'université de Cambridge et faire les courses. Il avançait néanmoins dans ses projets, il s'était même découvert un don pour infiltrer les réseaux privés et les bases de donnée. Tout ce temps passé devant l'écran ne lui déplaisait pas mais sa nature humaine le priait d'aller prendre l'air. Une petit balade en ville ne lui ferrait pas de mal, il savait la ville déchirée de toute part, il la voyait chaque jour lors de son trajet jusqu'à l'université et au retour à l'appartement. D'ailleurs il pensait tout doucement à préparer ses affaires pour déménager.

Il décida d'aller explorer les restes du centre ville, il pensait trouver quelques magasins abandonnés et pouvoir ramener quelques objets intéressants, il espérait surtout tomber sur du matériel informatique. En effet, il avait infiltré une base de donnée et récupérer divers plans de puissantes machines, telles qu'une unité de réseau par satellite et un processeur quantique. Ces petits bijoux l'aideraient dans ses recherches sur cet étrange pouvoir, il avait lu quelques articles au sujet d'un organisme appelé Stardust dont il devait particulièrement se méfier car leurs actions ne semblaient pas nettes du tout ces derniers temps, il s'agirait d'enlèvement de personnes comme lui.

Il resta étonné de voir que certains habitants continuaient leur train de vie quotidien et s'attendait déjà à ce que les magasins abandonnés soient désormais vides mais il ne perdait pas espoir et continua sa marche vers le centre. Arrivé dans le quartier commercial, il inspecta chacun des magasins pour voir s'ils étaient abandonnés et y entrait le plus discrètement possible, passant par les vitres cassées ou en matérialisant la dague des Gianetti pour couper les jointures des vitres et les retirer sans faire de bruit.
La plupart des magasins abandonnés proposaient des vêtements ou de la nourriture, il n'en trouva qu'un spécialisé dans l'électronique : il prit plusieurs disque dur, des processeurs , des cartes mères, des barrettes de mémoire vive, des modems-routeurs, des câbles usb et ethernet. Il alla prendre un sac à dos dans un autre magasin tout proche et revînt pour fourrer toutes ses trouvailles dedans, une chose était sûre, il reviendrait le remplir à nouveau le lendemain. Content de lui, il s'autorisa une petite marche dans les rues avant de rentrer chez lui. Alors qu'il errait, il aperçut une jeune femme qui paraissait sur le point de tomber, inquiet, il l'observa longuement et la vit s'asseoir sur un banc se tenant faiblement la tête. La gente féminine n'était pas sa tasse de thé mais elle avait besoin d'aide, c'est pourquoi il décida de s'approcher.

- Euh .. Excusez-moi ... Vous ... vous allez bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Mar 12 Jan - 22:52

  • « Euh .. Excusez-moi ... Vous ... vous allez bien ? »

    J'ai l'air d'aller bien ? La jeune femme releva brusquement la tête et la tourna vers le jeune homme une tête qui mélangeait une expression d'incrédulité totale et de souffrance. Il le faisait exprès où il était idiot ? Comment pouvait-il se poser cette question, c'était assez évident, non ? Et même si ça paraît d'un bon sentiment, la crise de manque rendait la jeune femme particulièrement de mauvaise humeur. Elle resta un bref moment à l'observer ainsi, sans rien dire, essayant de reprendre le contrôle de sa respiration.

    « Si tu me trouves de la LSD ou de l'ectasy, j'irai bien », dit-elle, mi sérieuse, mi railleuse.

    Elle n'avait jamais essayé de décrocher de toutes les merdes qu'elle avalait depuis de nombreuses années, elle ne pouvait donc pas imaginer la douleur que cela provoquait. Elle n'envisageait pas d'arrêter non plus, mais elle avait d'autre soucis en tête pour penser à se défoncer le soir. Elle sortit un paquet de cigarette et en alluma une avant d'en proposer à son interlocuteur d'un geste de la main. Elle le dévisagea un instant. Qui était-il ? En tout cas, son goût vestimentaire était à revoir, selon la jeune modèle. Elle ne fit aucun commentaire, et fuma en silence.

    Une fois calmée, elle tourna de nouveau vers le jeune homme. Elle avait conscience d'avoir été tout sauf agréable avec lui, alors que son geste partait -sûrement- d'une bonne intention. Elle regrettait aussi ses mots précédents. C'est pourquoi elle prit la parole d'un ton nettement plus agréable.

    « Excuse-moi, oublie ce que j'ai dit plus tôt. J'étais de mauvaise humeur. »

    Bon début, tu peux faire mieux Heather. Mais elle n'avait pas envie, vraiment pas envie de tenir compagnie à quelqu'un, si ce n'était Joy ou John. Pourtant, elle s'obligea à être tout de même plus aimable. Elle lui tendit la main et se présenta.

    « Faith », dit elle en donnant volontairement son deuxième prénom. « Tu es ? »

    Elle regarda plus attentivement le jeune homme. Il avait un sac plein à craquer d'objets aux formes pour le moins étranges. Elle ne posa pas de questions pour autant. La jeune femme avait perdu sa sociabilité habituelle.

    « Ah, et merci aussi. »

    Oui, merci, c'est ce qu'on dit en général aux gens qui propose -même maladroitement- de l'aide. La politesse Heather, la politesse ! Elle lui adressa un sourire qu'elle voulait joyeux, mais sentit que ce n'était pas trop ça. Bon, et maintenant ? Elle ne pouvait décemment pas partir comme ça 'merci, je vais mieux maintenant, bonne journée'. Bah, il n'aurait qu'à lancer la conversation !

    Heather se cala contre le dossier du banc et ferma les yeux, alors qu'une nouvelle vague de vertiges arrivaient. Ayant fini sa première cigarette, elle en alluma une autre. Depuis quelques temps, elle fumait comme un pompier. Depuis cette fameuse soirée avec John en fait. Mais elle s'obligea à penser à autre choses, sinon, elle sentait qu'elle allait craquer, ce n'était ni le moment, ni l'endroit pour.

[Désolée, c'est un peu moyen]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marino Gianetti
Initié
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Localisation : Appartements de Boston, Université de Cambrige
Pouvoirs : Matérialisation d'armes
Humeur : Paniqué
Groupe : Initié
Caractère : Parano - Imaginatif - Loyal
Date d'inscription : 28/10/2009

Carte d'identité
Age: 20 Ans
Profession: Etudiant
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Mer 13 Jan - 18:02

Il savait qu'il s'y était pris très mal pour lui proposer de l'aide, d'ailleurs, l'expression de celle-ci lui confirma sa pensée. Il se sentait juste un peu crétin sur le moment mais se trouva une excuse dans le faite de n'avoir jamais su vraiment s'adresser comme il faut aux personnes. Lorsqu'elle lui répondit enfin, il en resta de marbre. Ce fût une belle claque pour lui, il n'osa pas répondre qu'il détestait toutes drogues et alcools, surtout qu'il aimait encore bien se vanter de suivre le concept "In Aqua, Sanitas" et cette jeune femme n'allait peut être pas apprécier de l'entendre, d'où son silence. Il ne bougeait plus, restait debout, n'osait pas la regarder de peur de l'irriter et fixait d'un air vague le sol. Elle lui proposa une cigarette, il refusa d'un signe de tête léger et murmura "Non merci". Il commençait à regretter d'avoir voulu l'aider, mais d'un autre côté, il refusait catégoriquement de partir, il ne pouvait pas se permettre de s'en aller ainsi.

- Excuse-moi, oublie ce que j'ai dit plus tôt. J'étais de mauvaise humeur.

Il devait faire pitié pour qu'elle s'excuse ainsi, c'était plutôt à lui de s'excuser de s'être mêler de ses affaires sans pour autant être capable de l'aider, d'un autre côté, il ne s'attendait pas à ce qu'elle demande de la drogue, était-elle en manque ? peut être vu sa dite humeur, il avait cru juste à un simple malaise lorsqu'il l'avait aperçue.

- Je ... ne t'inquiète pas, je comprends ... mais ...

Il se tut en voyant qu'elle lui tendait la main et lui déclinait son identité, au début, il n'avait pas réaliser qu'elle voulait dire son prénom par Faith mais compris lorsqu'elle lui demanda qui il était. Après tout, pourquoi pas, ça lui éviterait au moins d'être venu la déranger pour rien, même si il ne se sentait pas très à la discutions.

- Ah ...euh, je m'appelle Marino ...

Elle le remercia ensuite bien qu'il n'ait rien fait en fin de compte et ne dit plus rien.
Analysons la situation, il se trouve en plein centre ville après avoir vider un magasin abandonné et propose de l'aide à une jeune femme qui semble être toxicomane, il est incapable de se rendre utile mais se refuse à partir sans avoir pu faire quelque chose et l'ambiance est bien plate. Conclusion : situation bien grotesque. S'il s'agissait en effet d'un manque, il vaudrait mieux qu'il reste sur ces gardes car il sait qu'on adopte des réactions assez virulentes dans cette état, par contre, si c'était du à la prise de drogue, il devrait appeler du secours au cas où son état aggraverait. Là, comme ça, en plein centre ville, il ne savait pas faire grand chose puisque beaucoup de bâtiments avaient été endommagé et moins de personnes s'y promenaient, d'ailleurs, la rue était déserte à ce moment-là.

- Je ... je suppose que si vo... tu m'as demandé de la drogue ... c'était dû au manque, n'est-ce pas ? ... tu veux essayer d'arrêter ?

Ses paroles étaient très incertaines, il ne savait pas trop quoi lui dire sans risquer de la mettre en colère, il essayait de parler le plus doucement et calmement possible pour ne pas lui donner l'impression d'être frustrant. Il pensa un moment qu'elle était venue désespérément en ville pour s'en procurer après s'être rendue compte qu'elle ne pourrait supporter le sevrage mais il remarqua qu'elle aussi avait fait les magasins, elle semblait apprécier la mode, chose à laquelle il ne prêtait pas tellement attention cependant. Il décida de s'asseoir à l'autre bout du banc, il sentait son corps lourd à force de rester debout ainsi.

- Je suis navré de ne pas pouvoir t'aider plus que ça, tu veux que j'appelle de l'aide ? Je peux comprendre que tu refuses ...

De faite, si elle était toxicomane, peut être préférait-t-elle qu'on la laisse tranquille, ce qui donnait encore plus l'impression à Marino de se mêler de ce qui ne le regarde pas. Il regardait toujours aussi fixement le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Mer 27 Jan - 21:41

    -Je ... ne t'inquiète pas, je comprends ... mais …

    Il avait le don de l'ennerver, à balbutier comme ça. Les nerfs de la jeune femme était à fleur de peau et un rien avait l'art de la mettre hors d'elle. Alors le voir bafouiller comme ça ne faisait rien pour arranger l'humeur de la jeune femme. Pourtant, elle prit sur elle, seule un leger tic avec ses mains démontrait son agacement grandissant.

    -Ah ...euh, je m'appelle Marino …

    La jeune femme se mordilla la langue pour ne pas lâcher le commentaire désagréable qui lui picotait la langue. Marino, voilà qui sonnait latino ! Pourtant, il n'en avait pas du tout le physique, blanc comme un linge qu'il était. Elle se contenta de lui sourire, de toute façon un commentaire aurait été superflux. Bon , il attendait quoi maintenant, le déluge ? La fin du monde ? Et puis d'ailleurs, qu'est ce qu'il fichait là ? Heather ne pretait pas attention au fait que malgré le fait qu'il soit ravagé, elle se trouvait en plein centre ville, un lieu de passage pour tous les habitants.


    -Je ... je suppose que si vo... tu m'as demandé de la drogue ... c'était dû au manque, n'est-ce pas ? ... tu veux essayer d'arrêter ?


    Le cœur de la jeune femme rata un battement, son visage caché par ses cheveux se durcit. Elle releva la tête et fixa d'un air qui pouvait vouloir dire « t'es con ou tu le fais exprès ? » avant de dire.

    « Tu as du mal avec le second degrès, non ? Je t'ai dit que ce n'était pas vrai ! »

    Elle commençait sévèrement à perdre patience. Elle faisait une crise de manque, c'était certain maintenant, les vertiges se faisaient de plus en plus rapprochés, elle avait froid, elle avait chaud, et un idiot lui tenait la chandelle ! Cependant, elle prenait sur elle, car une part d'elle même appréciait le geste et si elle avait été dans son état normal, elle aurait même pu rire avec lui. Mais elle ne l'était pas et était d'autant plus très inquiète pour ses amis. Bref, aucune bonne circonstance pour qu'elle soit aimable.

    Heather choisit de ne rien rajouter, craignant d'être mal aimable avec le jeune homme, espérant aussi que ce silence serait clair : elle voulait être tranquille. Nerveuse, l'un des jambes tremblait convulsivement. Elle était dans un bien bel état.....

    -Je suis navré de ne pas pouvoir t'aider plus que ça, tu veux que j'appelle de l'aide ? Je peux comprendre que tu refuses ...

    Encore là lui ? Elle poussa un léger soupire. Non, elle ne voulait pas d'aide et personne ne pouvait lui en donner. Si elle voulait aller mieux, elle connaissait tous les bon dealer de la ville ou presque et dans la minute, elle pourrait avoir une dose. Sauf qu'elle ne voulait pas, sans vraiment savoir pourquoi.

    Pour s'occuper, elle essaya encore une fois d'appler Joy, mais tomber sur le répondeur acheva de lui miner le moral. Elle jeta avec colère son téléphone qui se brisa sur le sol. Quelques larmes de rage dévalèrent ses joues. Elle se leva d'un bond, mais trop vite. Un autre vertige la fit tomber. Elle resta alors ainsi, prostrée pathétiquement sur le sol, essayant de faire passer la crise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marino Gianetti
Initié
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Localisation : Appartements de Boston, Université de Cambrige
Pouvoirs : Matérialisation d'armes
Humeur : Paniqué
Groupe : Initié
Caractère : Parano - Imaginatif - Loyal
Date d'inscription : 28/10/2009

Carte d'identité
Age: 20 Ans
Profession: Etudiant
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Ven 29 Jan - 19:36

Il avait remarqué que le corps de Faith tremblait depuis un moment, ça l'horrifiait au point qu'il en ait des frissons qui lui parcoururent tout le corps, et il n'osait toujours pas la regarder en face. Il n'imaginait plus qu'une chose désormais, c'était de partir, il repassait une séquence avec toutes les circonstances qui auraient pu lui permettre de s'en aller tout en sauvant son honneur car il se refusait toujours à l'abandonner sans raison valable et par pure lâcheté. Il gardait aussi à l'esprit qu'il devait ramener le contenu de son sac chez lui pour ensuite revenir au magasin, ce qui le fit regretter d'être venu vers la jeune femme car il avait l'impression de perdre de son temps.

- Tu as du mal avec le second degrés, non ? Je t'ai dit que ce n'était pas vrai !

Ceci ne fit que renforcer son impression d'être de trop, il commençait tout doucement à se dire qu'il valait mieux accepter d'être lâche plutôt que d'être énervant pour elle, après tout, il n'aimait pas ces personnes qui touchaient à toutes ces substances. En faite, elle l'exaspérait de refuser son aide, elle semblait à tout prix rester dans cet état et c'était cela qui poussait Marino a rester : de son point de vue, elle avait vraiment besoin d'aide.

Elle prit son téléphone, composa un numéro, peut être appelait-t-elle même du secours, en tout cas, la personne ne répondit pas, ce qui énerva profondément Faith qui jeta son appareil au sol. Il éclata en morceaux, Marino se leva, se baissa pour les ramasser et au moment où il allait se relever, il la vit chuter brutalement au sol et seulement à ce moment il osa vraiment la dévisager. Des larmes coulaient sur ses joues, elle endurait lourdement sa crise et restait ainsi par terre.

- Je me demande qui est le plus pitoyable de nous deux, murmura-t-il sans espoir d'obtenir une réponse ou d'être entendu.

Il fourra les morceaux du téléphone dans sa poche, s'accroupit aux côtés de la jeune femme et la manipula de façon à pouvoir la porter et la poser couchée sur le banc. Il sortit son propre téléphone et composa un numéro.

- Que tu le veuilles ou non, j'appelle une ambulance, sans voix était sèche et dure car il la trouvait juste agaçante finalement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Ven 5 Fév - 0:08

  • « Je me demande qui est le plus pitoyable de nous deux »

    Ta gueule. Voilà ce que pensais injustement Heather, tout à fait consciente de son état pitoyable. Mais elle ne voulait pas d'aide, elle ne voulait pas subir l'hôpital, elle y avait été de trop nombreuses fois pour des états de comas éthyliques ou approchants. Rien de très glorieux en soi. Peu de gens qu'elle considérait comme intime connaissait cette part d'elle. Mais elle était junkie, et elle ne le criait pas non plus sur les toits. Elle le vit fourrer les morceaux de son téléphone dans sa poche, chose qu'elle n'apprécia pas du tout.

    « Rend-moi ça », ordonna-t-elle d'une voix froide tandis qu'elle se relevait, se dégageant violemment de l'étreinte du jeune homme.

    Les jambes tremblantes, elle se remit debout. Elle savait qu'elle avait une dose sur elle, qu'elle pourrait la prendre à tout moment. Mais elle ne fit pas, chassant férocement cette idée de son esprit. Elle ne serait pas faible. Elle se l'était juré.

    « Que tu le veuilles ou non, j'appelle une ambulance
    -Oh non, tu ne vas pas le faire ! Je vais te dire pourquoi, si tu fais ça, tu ruines ma carrière, OK ? Et ça, je ne le permets pas, hormis de ma part. Tu comprends, ça ? Si tu veux tout savoir, oui, je suis une junkie, et oui, j'arrête la drogue. Mais que veux-tu, en centre ou à l'extérieur, ce sera tout aussi douloureux. Tu peux penser ce que tu veux de moi, ça ne me fera pas changer d'avis. »

    Elle parlait d'un ton dur et qui n'admettait pas de contestation. Elle se rendait bien compte de son humeur massacrante, elle se rendait bien compte de son comportement et s'obligea à se calmer. Il n'était pas forcé de subir la mauvaise humeur que lui imposait l'arrêt des drogues qu'elle prenait. Elle lui tourna le dos quelques instants puis lui dit d'une voix nettement plus agréable.

    « Ecoute, excuse moi. Le manque me rend peu agréable. Viens, je te paie un café pour me faire pardonner. »


[Mygad, j'ai pas fait si court depuis au moins trois ans ! U___u"""""]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marino Gianetti
Initié
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Localisation : Appartements de Boston, Université de Cambrige
Pouvoirs : Matérialisation d'armes
Humeur : Paniqué
Groupe : Initié
Caractère : Parano - Imaginatif - Loyal
Date d'inscription : 28/10/2009

Carte d'identité
Age: 20 Ans
Profession: Etudiant
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Ven 19 Fév - 23:45

La réaction de Faith ne l'étonna pas, il s'y était attendu en faite, il s'écarta tandis qu'elle se relevait difficilement les jambes tremblantes et il avait fait comme s'il n'avait pas compris pour le téléphone donc il ne réagit pas. Il la regardait avec incompréhension, qu'est ce qui la poussait à refuser toute aide, vu comme ça on aurait pu croire qu'elle voulait mourir, mais est ce que sa raison valait la peine de rencontrer la mort ?

Elle essayait apparemment de cacher cet état, sa carrière en dépendait, il comprenait qu'elle veuille garder son boulot mais pourquoi se compliquer ainsi la vie et ne pas s'être arrêter plus tôt lorsqu'elle le pouvait encore facilement, peut être n'avait-elle pas réalisé pendant tout ce temps les horreurs de la drogue ou ne voulait pas réaliser ...
Elle lui paraissait peu soucieuse de sa petite vie, cadeau pourtant précieux.

Il s'était résigné à l'aider, il s'apprêtait à lui tourner le dos et s'en aller lorsqu'il lui présenta des excuses. Il haussa un sourcil et esquissa un sourire en coin, décidément, cette fille passait de tout à rien, surement le manque pensa-t-il pour se convaincre de ce qu'elle venait de dire.

- D'accord ...

Il remit son sac sur le dos, le matériel informatique s'entrechoqua à l'intérieur, il espérait n'avoir rien abimer et se rendit avec Faith au café le plus proche. Une fois rentrer, il n'attendit pas la jeune femme pour leur trouver une place et alla se taper près de la fenêtre qui donnait sur la rue. Il se mit à l'aise et sortit uns à uns les morceaux du téléphone puis extirpa de la poche de son pantalon un calepin et un crayon.
Sans dire un mot, il notait des symboles correspondant aux parties abimées du téléphone puis établit une liste du matériel dont il aurait besoin pour réparer le téléphone. La simple idée de pouvoir réparer le téléphone le rendait heureux. Un serveur arriva pour prendre commande.

- Que puis-je vous servir ? demanda-t-il tout souriant.

- Café ... répondit-il sans trop prêter attention, il était toujours sur son calepin.

- Mmmmh oui, mais lequel ? il semblait frustré, son sourire retomba.

- ca m'est égal tant qu'il est buvable ... toujours sans montrer la moindre marque d'attention.

- Bien ... il soupira, Et vous mademoiselle ? il s'était tourner vers Faith un peu moins souriant.

Une fois que Faith eût répondu il s'en alla vers la cuisine, pendant ce temps Marino avait sortit son propre téléphone et l'avait posé devant Faith. Il termina de noter deux-trois lignes et rangea son calepin ainsi que le bic. Il retira la carte SIM de Faith d'un morceau et la posa aussi devant elle.


- Je te l'échange contre le tient, tu peux voir ça comme du dépannage, je crois que tu as plus besoin que moi de sonner à tes proches.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Sam 27 Fév - 0:30

    Marino ignora superbement la demande de la jeune femme, ce qui eu le don de l'énerver durant un temps, mais elle garda le silence. Il accepta son invitation. Elle ne savait pas trop pourquoi elle l'avait invité, ils ne faisaient manifestement pas parti du même. La chose réconfortante, c'était que vu son état, il était peu probable que ça finisse au lit. En effet, la jeune femme rentrait souvent accompagnée de ses sorties. Elle enchaînait les conquêtes à un rythme effréné. Elle n'arrivait jamais à rester longtemps avec un homme, son maximum ayant été six mois avec Aiden. Ils s'étaient quitté à cause de leur incompatibilité caractérielle.

    Marino et Faith se dirigèrent vers le café le plus proche, où elle commanda un café aussi. Elle le regarda en silence bricoler les téléphones, essayant de maîtriser le tic d'agacement qui agitait le coin de sa bouche.

    -Je te l'échange contre le tient, tu peux voir ça comme du dépannage, je crois que tu as plus besoin que moi de sonner à tes proches.

    Elle le regarda un moment comme s'il était le dernier des idiots. Mais il ne pouvait pas savoir ni deviner que les personnes qu'elle cherchait à joindre ne répondait pas. Elle fit donc un effort pour sourire et ne parut pas trop crispée lorsqu'elle prit la parole.

    « Inutile, merci. Mais les amis que j'appelle ne réponde pas depuis un moment »

    Elle se tut et se plongea dans un silence de réflexion. Elle savait que ce n'était pas parce qu'ils se faisaient la tête ou quelque chose de ce genre, ce n'était pas vraiment le style de Joy ou de John. Non, il devait y avoir autre chose. Si seulement John ne donnait pas de signe de vie, elle aurait pu penser que c'était pour son travail. Mais ça ne collait pas du tout. Si la dernière fois qu'ils s'étaient
    vus, la situation avait été des plus étranges.

    Le serveur arriva et déposa un peu plus brutalement qu'il n'aurait du les tasses sur la table. La jeune modèle régla leurs consommations et s'enfonça dans la chaise, sa tasse entre les mains. Elle fixa un instant l'homme en face d'elle, sans rien dire. Son regard se perdit en même temps que ses pensées.

    « Que transportez-vous dans ce sac ? » demanda-t-elle soudainement, plus soucieuse d'entretenir une conversation que de la réponse en elle même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marino Gianetti
Initié
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Localisation : Appartements de Boston, Université de Cambrige
Pouvoirs : Matérialisation d'armes
Humeur : Paniqué
Groupe : Initié
Caractère : Parano - Imaginatif - Loyal
Date d'inscription : 28/10/2009

Carte d'identité
Age: 20 Ans
Profession: Etudiant
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Mer 14 Avr - 14:13

Faith refusa sa proposition, il était déçu car il s'était mis en tête de réparer ce téléphone. Il travaillait surtout avec des ordinateurs et ce téléphone représentait pour lui un changement de paysage, il ne lui était pas encore venu à l'esprit de se concentrer sur d'autres appareils électroniques et elle avait été le déclic. Il reprit son téléphone un peu contrarié et lui rendit les morceaux de son téléphone qu'elle allait surement jeter une fois sortie de ce café.

Il repensa à son sac, il fallait encore qu'il rentre chez lui pour stocker sa récolte du magasin abandonné puis qu'il y retourne. Tout ce précieux amas d'électronique le laissait pensif, il s'imaginait déjà établir un réseau satellite en bricolant les routeurs, il pourrait faire une baie de stockage avec tous les disques durs dont il disposait dans ce magasin. Il n'y avait pas de limite, il pouvait réaliser tout ce qu'il voulait en prenant des morceaux de ci et de ça dans les appareils électroniques.

L'arrivée du serveur coupa nette ses pensées, après que Faith eût réglé sa consommation, il daigna enfin le regarder et lui afficha un sourire en coin mais le garçon pivota sur ses talons d'un coup sec et s'en alla furieux. Marino prit sa tasse à deux mains et commença à boire par petit coup, il n'avait pas encore remarqué que la jeune femme le fixait. Il déposa sa tasse, releva la tête et se figea lorsqu'il s'en aperçut. Il ne supportait pas ces regards durs qui le fixaient, encore moins lorsqu'il s'agissait d'une femme, car ceux-ci lui rappelaient qu'il n'était pas dans la norme et qu'il serait toujours à côté de celle-ci.
Il reprit ainsi aussitôt sa tasse et prit une bonne gorgée.

- Que transportez-vous dans ce sac ?

La question lui trancha la gorge. Elle était bien curieuse tout à coup et le regard qu'il lui avait lancé peu de temps avant lui laissa penser qu'elle avait quelque chose à lui reprocher. En même temps, qu'il lui avoue ou pas ce qu'il y avait dans ce sac, elle ne pourrait pas forcément deviner qu'il avait volé et encore moins le prouver.

- Du...du matériel informatique ... je .. travaille beaucoup dans les ordinateurs.

Il se sentait mal à l'aise, il voulait partir mais encore une fois il ne pouvait la laisser ainsi. Il se demandait d'ailleurs pourquoi il tenait tant à rester convenable avec elle, d'habitude, il se serait contenté d'une tirade d'impolitesses variées et bien fournies mais cette femme dégageait, malgré son état, une aura de bienséance qu'il le forçait à rester poli.
Il tenta alors vainement de reprendre la conversation.

- Tu comprends mieux le pourquoi de ton téléphone, maintenant ..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   Dim 18 Avr - 16:52

    Marino sembla trouver sa question étrange. Elle ne voyait pas en quoi, mais bon. Elle ne s'en soucia pas plus que ça. S'il avait quelque chose à se reprocher, ce n'était pas son problème. Heather avait hâte que tout cela se termine. Elle avala en vitesse son café, sachant que cela ne changerait rien à son état. John devait déteindre sur elle, quand elle était en manque, son humeur s'approchait de celle de son ami. Elle lui avait proposé un café par politesse, et entretenait la conversation dans le même but, alors que sa seule envie était de se jeter dans son lit et dormir.

    -Du...du matériel informatique ... je .. travaille beaucoup dans les ordinateurs. Tu comprends mieux le pourquoi de ton téléphone, maintenant ..?

    Trop bien, un geek. Elle retint un soupir d'exaspération et lui adressa un petit sourire genre « oh oui, je comprends tout à fait! », alors qu'en fait, l'informatique et elle, ça faisait deux. Elle ouvrit son portable, récupéra la puce et lui tendit les débris.

    « Tu peux le garder, j'en aurai pas l'utilité pendant un moment. Et puis de toute façon, je voulais en changer, j'irai porter plainte en disant qu'on me l'a volé pour faire marcher l'assurance. Amuse-toi bien »

    Quelle humeur agréable ! Faith sentait qu'elle commençait à devenir vraiment ingérable, signe qu'il était temps de couper court à toute tentative pour être agréable et jouer la carte de l'honnêté.

    « Bon, c'est très agréable, tout ça, mais je commence à sentir que mes nerfs me titillent un peu trop et que je deviens désagréable », si elle était agréable avant.... « Je pense que nous allons interrompre cette rencontre maintenant et la reprendre peut-être un autre jour, dans de meilleures conditions. »

    Elle se leva en prenant garde de ne pas vaciller, laissa un pourboir pour le serveur et quitta le bar avec ses grands pas de mannequin, sans un regard pour le jeune homme, qui ne devait pas comprendre quand chose.


[Désolée de couper court comme ça, mais je sens que ni l'un ni l'autre on est vraiment inspiré. Autant faire d'autres RP ou ça passera mieux Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Straight to hell - Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Straight to hell - Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Straight to hell [PV Owen]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth :: Boston :: 
Ville
 :: Le centre ville
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit