AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nice to meet you ! [ Elizabeth Newbury ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Todd Smooth
Stardust
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 61
Localisation : Là où tu ne seras pas j'espère
Pouvoirs : Effet Somnifère
Humeur : Toujours mauvaise
Groupe : Chercheur du Stardust
Caractère : Une démonstration ?
Date d'inscription : 27/10/2009

Carte d'identité
Age: 52 ans
Profession: Médecin/Chercheur et emm*rdeur
Liens:

MessageSujet: Nice to meet you ! [ Elizabeth Newbury ]   Mer 13 Jan - 21:29

    Providence, providence... Quel mot étrange pour désigner la fatalité de la vie. Chance ou non, quelle importance ? Ce qui doit se passer se passera, il est impossible d'échapper à son destin. Le stoïcisme était une notion qui plaisait grandement à Todd, du moins il aimait s'exprimer avec de grands mots face à des patients un peu trop collants à son goût. Quoi de plus explicite de dire " Vous allez crever. " pour faire comprendre qu'il n'y avait plus d'espoir à une cause ? C'était net, clair et précis. Il ne comprenait pas pourquoi le monde lui en voulait d'être aussi direct, alors qu'il ne faisait que rendre service. Depuis quelques temps les ennuis ne cessaient de pleuvoir sur sa pauvre carcasse épuisée et particulièrement blasée. Tous les évènements climatiques dû à Rebirth, notamment ce trou béant qui séparait la ville de Boston en deux lisières distinctes, entrainait une panique générale. Entre blessures importantes et petits bobos, les gens ne savaient plus faire la différence ! Alors forcément, dans le doute, on se précipitait chez ceux qui ont toutes les réponses : les médecins. Quelle exaspération sans borne de voir ces kilomètres de patients à attendre devant votre porte, souvent pour rien. Une réelle perte de temps. Il avait envoyé balader autant de personne en quelques jours qu'il l'aurait habituellement fait en plusieurs semaines. Alors, attendant que l'ascenseur ne daigne grimper les étages, ou les descendre selon le cas, Smooth tentait d'imaginer un quelconque plan pouvant l'aider à le sortir de ces interminables journées. Se porter lui même malade n'était pas une solution, se cacher dans son bureau non plus puisqu'on réussissait tout le temps à le retrouver, il ne pouvait même pas envisager de se cacher dans les toilettes ! Chez lui ? Sûrement pas, Brooke, sa fille adoptive bien qu'il s'étonnait encore aujourd'hui de ce qualificatif, était bien trop souvent là. Non pas qu'ils ne s'entendaient pas mais... Ils ne s'entendaient absolument pas ! Rien de très innovant, le scélérat qu'il était ne pouvait s'entendre avec personne. Son comportement despotique effrayait, ou désespérait, tout son entourage. Tous les docteurs réquisitionnaient dans leurs hôpitaux et ce, jusqu'à nouvel ordre. Bien sûr, au vu de son extraordinaire génie, nul doute qu'il était amplement sollicité, autant par ses supérieurs que par les patients eux-même. Alors depuis trop longtemps déjà, il passait ses jours et ses nuits dans les locaux lugubres et immaculés du batiment médical. Un concept qui ne le dérangeait nullement en soi, il était comme une nymphe dans sa chrysalide, cependant le contact humain n'était pas l'une de ses passions premières. Pas même un divertissement il fallait dire, plutôt contradictoire pour le métier qu'il exerçait. De ce fait, il n'avait pas remis les pieds au Stardust depuis un laps de temps trop long. Son patron, Keagan,, était même venu quérir de ses nouvelles. Il était fort étonnant de sa part de disparaitre tel un être ectoplasmique, lui, l'homme qui vivait pour travailler et non pas l'inverse. Enchainé à ses obligations de médecin, Todd avait été contraint d'abandonner quelques temps ceux de chercheur. Porter le titre de meilleur érudit de la Côte Est n'était pas sans conséquence, que la célébrité était épuisante...


    Aujourd'hui, serait une exception à la règle. Non pas qu'il s'était décidé à suivre les lois dictées, sans son âme de marginale il n'était rien, mais son dossier était entaché de bien trop de mauvais commentaires pour qu'il ne s'amuse à trop s'enfoncer dans le gouffre alors depuis quelques temps il campait donc à l'hôpital. Quoi qu'il en soit, Keagan l'avait appelé pour lui annoncer que les équipes du Stardust étaient parvenues à mettre le grappin sur plusieurs mutants. Une opportunité à ne pas laisser filer pour étudier ces créatures aux gênes modifiés, pour les rares fois où ils avaient des cobayes humains à analyser. Nonobstant son important statut de scientifique de cette organisation qui gouvernementale qui tentait d'avancer pour l'humanité, l'idée de faire subir toutes sortes de géhennes à un humain avait tendance à le déranger. Fait qu'il ne révèlerait à personne, et puis, il avait conscience que la seule manière de continuer les études sur les corollaires de la météorite, c'était justement d'avoir quelque chose à étudier. La sonnerie annonçant l'arrêt de l'ascenseur sortit Todd de ses songes, celui-ci sortit de la cabine et, munit de sa canne, entama sa traversée des innombrables couloirs de la base. Le plan était imprimé dans son esprit, depuis le temps qu'il y trainait, il n'avait plus besoin de point de repère pour savoir où il se situait. Sur son chemin, les rencontres de quelques collègues surpris et plus courroucés qu'heureux de le revoir par ici. Leurs regards embarrassés ne firent ni chaud ni froid au glacial protagoniste qui n'avait cure des sentiments que l'on pouvait nourrir à son égard. Il n'était pas là pour se faire aimer de son entourage professionnel, bien au contraire, la rivalité était un remous dans une vie monotone. Après avoir passé plusieurs portiques grâce à sa carte, il pénétra une zone strictement réservée aux chercheurs et dans laquelle étaient emprisonnés les mutants capturés depuis quelques temps déjà. Lorsqu'il parvint à la salle qu'il cherchait, il y trouva deux de ses comparses ainsi qu'une demoiselle. Cette dernière était enfermée dans ces cages de verre qu'ils utilisaient pour isoler les éléments à examiner. Avec elle, un laborantin entrain de lui remettre une perfusion qu'elle venait visiblement d'arracher, et l'autre en dehors qui les observait. Smooth fit une moue ennuyée... Il détestait faire son travail en présence d'autre, solitaire dans l'âme, on lui reprochait de ne pas avoir confiance ni même prendre en compte le boulot de ses confrères. Pour cause, il ne croyait qu'en ses capacités, son égocentrisme le poussait à tirer SES conclusions de SES expériences. Sans crier gare, il avala le reste de distance qui le séparait de son but et pénétra dans la cabine translucide, ce qui eu le don d'irriter le jeune homme présent à l'intérieur.

    Docteur Smooth, qu'est ce que vous faite ici ?

    Quelle question, je viens faire mon boulot. Il attrapa le bloc note entre les mains du laborantin, y jeta un coup d'oeil, puis déchira la feuille. Et vous, vous faites quoi à part scruter cette charmante demoiselle d'un regard lubrique ?

    M... Mais enfin !

    Allez allez oust ! Vous voyez pas que vous me faite de l'ombre ? Vous êtes même pas foutu de faire une perf' correctement, sans compter que votre ami là-bas ne sait pas que vous vous tapez la même infirmière que lui. Todd redressa la tête vers lui. J'vous ai vu, dans les couloirs E, faut savoir être plus discret.

    Les joues empourprés de gêne et de colère, le jeune homme ne savait plus quoi répondre. Les réflexions de Todd ne lui avaient pas manqué, ni à lui ni à personne ici. Figure incontournable d'un humour totalement décalé voire malsain, qui faisait de lui une personnalité à part entière. Ainsi, il se trouva seul en compagnie de la mutante, sans aucune angoisse. Il fit quelques pas de sa démarche claudicante dû à sa jambe et avec l'aide de sa précieuse béquille en bois poli en sa direction, les yeux rivés sur la nouvelle feuille vierge du bloc note. Se stabilisant, il sortit un stylo de sa poche et se mit à gratter dans une petite mélopée destinée à son seul divertissement. D'ordinaire, il étudiait des animaux, des lapins entre autre, se retrouver dans cette situation avec une mutante sous le véritable terme était... Etrange. Dommage qu'elle ait été assez stupide pour se laisser piéger, il ignorait depuis quand elle était ici, d'ailleurs au vu de son état cela devait faire quelques temps déjà, mais ce serait tout sauf une balade de santé. Malgré lui, il n'était pas celui qui leur ferait subir les pires traitements pour son unique satisfaction, et ce pour plusieurs raisons qu'il n'évoquerait pas.

    Nom, prénom, âge, taille, poids, nationalité, origines, tour de poitrine et de hanches... Il redressa la tête et la regarda d'un air désinvolte. Les deux derniers sont facultatifs, en faite c'est pour ma curiosité personnelle ! Je paris sur un... 90 B ? Non... C ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Newbury
Réticent
avatar

Nombre de messages : 699
Age : 26
Localisation : Boston uU
Pouvoirs : Emprunt de pouvoirs
Humeur : A vous de voir...
Groupe : Les Réticents.
Caractère : arrogante ● débrouillarde ● franche ● gourmande. ● Indépendante ● organisée ● loyale ● Intransigeante ●
Date d'inscription : 25/06/2009

Carte d'identité
Age: 21 ans
Profession: Etudiante en arts scéniques et mafieuse
Liens:

MessageSujet: Re: Nice to meet you ! [ Elizabeth Newbury ]   Dim 24 Jan - 20:17

    Tout devient flou, l'espace d'un instant. Je sens qu'on s'agite autour de moi, j'entends, mais je suis incapable de bouger. Je suis comme amorphe, je vois de nouveau clairement, mais je ne peux pas bouger, je ne sens plus aucun de mes membres. Je sens que l'on me transporte, on panse ma plaie au bras et on m'allonge dans un lit. Puis une sirène d'ambulance se fait entendre. Bien trouvé, et pourtant si simple. A défaut de pouvoir me mouvoir, je pense à toute vitesse, à ce qu'il risque de m'arriver, ce qu'on va me faire, à Morgan, Shallan, Robert, le gang, mes cours. Je ne peux pas laisser tomber tout ça ! Je commence à m'agiter, j'entends le bruit de la machine mesurant mon pouls s'affoler. J'ouvre les yeux d'un coup et tente de me relever. Quatre bras puissants me clouent sur le lit à nouveau, mais je resiste, je lutte pour me relever ! Je ne veux pas rester ici. J'arrive à me libérer une main et j'attrape la première chose que je peux, sur la petite tablette près des docteurs. La chance me sourit, c'est un scalpel. Je l'enfonce avec violence dans le bras et le plus proche de moi, et le cri que l'homme pousse ainsi que la gifle qu'il m'assène accompagne la sensation de piqûre. Je me sens très vite calmée dans ma folie hystérique; des sédatifs. Je tombe vite dans une léthargie qui me tiens mi éveillée, mi endormie. J'entends ce qu'on dit autour de moi, mais même avec les yeux ouverts, je ne vois rien, je n'ai plus vraiment de sensation. J'entends les médecins parler.

    « Comment va ton bras ?
    -Ca va, elle n'a rien sectionné. Il faudra la surveillée celle là, elle m'a l'air d'être un petite sauvage !
    -C'est certain. Les autres vont s'amuser avec elle. »


    J'ouvre difficilement les yeux. Un mal de crâne affreux me transperce immédiatement de part en part et me donne une nausée tenace. Je clos de nouveaux mes yeux, essayant de refaire la chronologie des événements. Mais ce mal de tête m'empêche de me concentrer. Je lâche un faible juron en russe. J'ai mal ! Pourtant je me force à me concentrer, il y a eu cette rencontre avec ce type, John, puis ce mal de tête affreux et les saignements de nez. Les confidences sur son pouvoir, l'hypothèse sur le mien. Et puis ces types qui nous ont suivi et qui nous ont eu. Je suis où ici ? Je tente de nouveau d'ouvrir les yeux. Ca va mieux, un peu. La lumière n'est pas très puissante ici, vite fait jaunâtre, qui ne fait pas mal en tout cas. Je tourne la tête à gauche puis à droite, mais rien ne me donne d'indications sur le lieu où je me trouve. Alors, doucement, je tente de me relever. L'erreur qui ne fallait pas faire. A peine assise, des vertiges me prennent, la nausée revient de plus belle. Je m'accroche à ce qui me sert de lit et ferme de nouveaux les yeux, ce qui bizarrement à l'effet d'atténuer mon malaise. Mais je me sens épuisée. Je crois que pour la journée, j'ai fait assez d'effort, je me laisse de nouveau tomber sur le matelas et me sens sombrer de nouveau dans l'inconscient. Ma dernière pensée avant de m'enfoncer dans les profondeurs est pour Morgan.

    Lorsque je reprends conscience, je n'ouvre pas les yeux immédiatement. Je me concentre sur mes autres sens, je n'ai pas envie de retenter la même expérience que précédemment. Grand bien me fasse d'avoir gardé mes yeux fermés, je distingue faiblement le bruit d'une porte qui s'ouvre et des bruits de pas qui se dirige vers moi. Je me concentre pour respirer régulièrement et pour entendre ce qu'on dit. J'entends deux voix, que j'identifie comme masculine.

    « Et ben ! Toujours endormie ! Ils ont du y aller sur les sédatifs lors de la capture !
    -On sait ce qu'est son pouvoir à elle ?
    -Pas vraiment non, mais c'est pour ça qu'elle est là.
    -Dommage, une si belle gamine ! »

    J'entends qu'ils s'agitent autour de moi, je sens qu'on me prend mon pouls, puis ils partent. Une fois sûre d'être de nouveau seule, j'ouvre les yeux et me redresse. Je suis vêtue d'une blouse blanche comme un patient dans un hôpitale, mais l'allure de la pièce où je me trouve me fait douter de l'endroit où je me trouve. On dirait... un cage. C'est carré, petit, vétuste. Un lit, un lavabo et des toilettes. Et c'est tout. J'imagine qu'en cas de besoin, il y a des la places pour des marchines médicales ou que sais-je... Les murs sont en verres, transparent. Pour autant, je ne distingue rien autour de moi. Assise sur le lit, je me lève enfin, doucement. Mes jambes ne lâchent pas ! Je fais quelques pas, peu assurée. J'ai l'impression de ne pas avoir marché durant des mois ! Finalement, j'ai vite fait le tour de ma geôle. Où suis-je ? Je commence à sentir la panique me gagner. Finalement, je décide de retourner sur le lit, je n'ai pas grand chose à faire d'autre de toute façon. Attendant que quelqu'un arrive, je pense, à de nombreuses choses, Morgan qui va être mort d'inquiétude, ainsi que Shallan, qui va devoir tout gérer durant mon absence, John qui a été capturé en même temps que moi.

    Pus tard

    J'ouvre les yeux lorsque j'entends des voix autour de moi. Des infirmiers sont là. Je me redresse, mais à peine réveillée, je sens une piqûre dans l'épaule m'engourdir. Ma petite réaction dans l'ambulance a du se savoir. Alors que l'un commence à essayer de me faire une perfusion, un troisième personne entre et les engueuler vivement. Je ne peux réprimer un sourire, mais lorsque je l'entends s'adresse à moi, je déchante immédiatement.

    « Nom, prénom, âge, taille, poids, nationalité, origines, tour de poitrine et de hanches... Les deux derniers sont facultatifs, en faite c'est pour ma curiosité personnelle ! Je paris sur un... 90 B ? Non... C ?! »

    Une expression de mépris apparaît sur mon visage. Je le fixe un instant en silence et lui répond en lui crachant au visage. Je suis une impératrice et personne ne me parle sur ce ton. Jouons maintenant.

_________________

    If I ever feel better
    Remind me to spend some good time with you
    You can give me your number
    When it's all over I'll let you know

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nice to meet you ! [ Elizabeth Newbury ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nice to meet you again - Matthew&Zoella
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» Heeeeee, dude ! It's nice to meet ya again ! | Mercedes Ferrès.
» «Hello my name is... Nice to meet you.»
» Nice to meet y... Whait I'm not.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth :: Stardust :: 
Les différentes agences
 :: Laboratoire
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit