AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lawrence Cooper

Aller en bas 
AuteurMessage
Lawrence Cooper
Réticent
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 24
Localisation : Boston
Pouvoirs : Energie du vide
Humeur : Toujours content
Groupe : Réticent
Caractère : Positif - dérangé - dragueur (de tout ce qui bouge) - inconscient - provocateur - fêtard
Date d'inscription : 14/04/2010

Carte d'identité
Age: 20
Profession: Etudiant (cancre)
Liens:

MessageSujet: Lawrence Cooper   Mer 14 Avr - 16:44

Fiche de présentation





☼ N om : Cooper
☼ P rénom : Lawrence
☼ A ge : 20 ans
☼ D ate de naissance : 24 septembre 1989
☼ V ille de naissance : Cardiff
☼ C atégorie : Réticent
☼ P rofession : Étudiant

[table align="center"][tr][td]
Parce qu'il faut bien commencer par un début......

☼ Parents:

Père : Charle Cooper : Inconnu de Lawrence, cet homme à disparu de sa vie alors qu'il n'était encore un jeune enfant. Il était quelqu'un d'assez séducteur, le genre d'homme qui pouvait avoir la femme qu'il voulait en un claquement de doigt. Il y eu cependant une femme qui fit battre son cœur plus que les autres, Elizabeth Tyler. Il l'épousa et lui fit un enfant, mais, son attirance pour cet femme disparu rapidement. Il resta, pensant à son fils, mais disparu finalement de leur vie, utilisant comme excuse que l'erreur est humaine. Rien ne permet de dire si il a réchappé au cataclysme ou non.

Mère : Elizabeth Tyler Cooper : Une femme pleine de tendresse qui donne tout son amour à son fils, qui est la seul chose qui lui reste. C'est une femme plutôt joli, mais qui, malgré les soins fait à son corps, est marquée par le temps. Sa longue chevelure blonde on gardé un éclat de jeunesse, et ses magnifiques yeux d'une couleur bleu sont l'héritage qu'elle a offert à son fils. C'est une femme de caractère, jamais elle n'abandonne, et c'est avec force qu'elle fait face aux problèmes qui lui tombent dessus. Elle se sent coupable de laisser son fils si souvent seul, devant accumuler les boulots pour subvenir à leurs besoins. Elle fut finalement tuée par Rebirth, se trouvant en Russie, au téléphone avec son fils, alors qu'ils réglaient les derniers détails de sa futur arrivé là bas.

☼ Frères et soeurs :

Ni frère, ni soeur.

☼ Enfants:

Aucun ... du moins, normalement, si il n'y a pas eu d'accident.

☼ Epouse ou Mari:

Pas encore et il n'est pas prêt de le faire, tenant à sa "liberté".

Parce que vous êtes unique.....

☼ Physique:

Lawrence à tout du jeune homme anglais, c'est à dire classe et un coté distingué. Il possède des cheveux mi-long d'une teinte brune, légèrement coiffés, lui donnant une allure de premier de la classe et de jeune rebelle à la fois, pour le plus grand plaisirs de la gente féminine. Ses yeux d'un bleu profond sont semblable à des saphirs, et c'est d'un regard perçant qu'il observe le monde qui l'entour, semblant en permanence juger chaque chose qu'il voit. Il est d'une taille légèrement au dessus de la moyenne, mettant en valeur ce corps fin et gracieux qu'il possède, où les proportions sont en parfaite harmonie et où se visage doux et ravageur dont il est le propriétaire semble couronner le tout. Sa douce peau est d'une teinte particulièrement pâle, ce qui montre son origine d'un pays où le soleil n'est pas toujours présent en quantité, mais cela lui donne un coté fragile, le faisant presque paraître comme étant une poupée de porcelaine. Il n'est pas tellement musclé, ce qui n'empêche pas à son corps d'être légèrement sculpté, ce qui est preuve d'un entretient régulier de la part du jeune britannique. C'est d'une démarche légère et gracieuse qu'il se déplace et chacun de ses mouvements est effectués minutieusement avec précision, tel un danseur ou un artiste. Enfin, il possède des mains de pianiste, de belle mains aux longs doigts fin qu'il manipule avec dextérité, il en est particulièrement fier.

Concernant sont style vestimentaire, il est en parfaite harmonie avec son physique. En effet, il est le plus souvent vêtue par de sobre vêtement du plus belle effet, tel des chemises, blanches de préférence, même si il lui arrive parfois d'en porter des noirs, certaines bénéficiant de fines rayures grises verticales, presque imperceptible; il associe cela à de simple pantalon noirs. Mais même dans sa façon de s'habiller, il garde une pointe débraillé, laissant sa chemise en grande partie déboutonnée en haut ou en portant ses rares cravates desserrées. Du coté de ses chaussures, il porte de simple chaussures de ville noir, cela fait beaucoup de noir, mais il aime cette couleur, même si elle ne correspond pas à la définition de "couleur". Avec ceci, il porte souvent un long manteau, un trench-coat, lui tombant jusqu'aux chevilles, fait dans un tissu noir, doublé d'un tissu de satin bleu, possédant une double rangés de boutons et largement fendu à l'arrière. Il tient particulièrement à ce manteau qui l'a suivi une bonne partie de sa vie. Autrement, il lui arrive parfois de complètement trancher avec le style précédemment décrit, portant jeans, T-shirts affichant parfois des couleurs vives et laissant son bien aimé manteau de coté pour choisir une simple veste dans une matière quelconque, tant que cela s'associe avec ce qu'il porte. Cependant, si il y a bien une chose qu'il ne supporte pas, se sont les chapeaux ! Il déteste avoir quelque chose sur la tête, quel qu'il soit, se trouvant soit ridicule, soit invoquant le fait que sa lui fait une sensation bizarre sur la tête.

☼ Caractère:

Lawrence est quelqu'un de particulier dont les actes semblent dirigés par ses seuls envies, sans passer par la raison. Provocateur, c'est uniquement poussé par son plaisirs qu'il dresse les gens contre lui via des mots et qu'il s'expose au danger, cherchant à ajouté de la saveur à ce que la vie lui donne, préférant les problèmes à la tranquillité. De plus, c'est par pur sadisme qu'il donne à ses mots la force de blesser, sans qu'aucune raisons ne l'ait poussées à faire cela. Cependant, et même, étrangement, il est quelqu'un de sociable qui aime aller vers les autres, si l'on résiste à la première approche, et il se montre alors plus amicale, enfin, moins odieux diront nous, et il se trouve même être de bonne compagnie, voir, attachant parfois. Cependant, cet arrogant jeune homme ne donne une réel importance qu'à lui même, considérant les autres uniquement comme des passes-temps, ne leurs reconnaissant que le divertissement qu'ils lui procurent. Il lui arrive cependant d'être véritablement touché par certains individus, aussi rares soit ils, à qui il reconnaît une réel importance et serait prêt à prendre des risques pour eux. Il est un fervent partisan du Carpe Diem, disant à l'Homme de « croquer dès aujourd'hui les roses de la vie », et c'est d'ailleurs ce qu'il fait, profitant de chaque instants de sa vie pour vivre de nouvelles expériences, s'amuser, et surtout, prendre du plaisir. Dans cette optique, il s'avère être un dragueur invétéré, ne laissant jamais passer une occasion de charmer quelqu'un qui aura attiré son regard pour une aventure éphémère, qu'il s'agisse d'une femme, ou d'un homme. Pourquoi se limiterait-il ? Le sérieux n'ait pas son truc, et c'est avec une légèreté parfois consternante qu'il aborde les évènements, laissant aux autre la liberté de décidé si c'est pour masquer ce qu'il ressent vraiment ou si c'est parce qu'il est insensible. Enfin, ceux qui auraient eu la force de tenir jusqu'ici voient encore une autre facette de sa personnalité, montée comme une armure, celle de quelqu'un de têtu avec des réactions enfantines, boudant parfois les proches qui l'auront contrariés, et bien loin de la petite ordure qu'il semblait être. Au final, Lawrence est quelqu'un de compliqué au multiples facettes, aussi mauvais qu'il peut être bon.

☼ Qualités:

Bien que difficiles à cerner, Lawrence a bel et bien des qualités. Premièrement, avec lui on ne s'ennuie jamais, fêtard comme il est, la langue bien pendue et toujours dans des situations impossible, bien que l'on trouverait à redire sur l'emploie du terme « qualité » ici. Sa sociabilité est un détail des plus appréciable, allant vers les gens, faisant de nombreuses connaissances et ayant toujours quelque chose à dire. Sa gaieté et sa légèreté sont des plus agréables elles aussi, surtout en ces moments où un sourire est du plus grand réconfort. De plus, même si on aurait tendance à dire le contraire, il est assez protecteur avec ses amis, et veille sur eux comme il le peux, mais ne le reconnaîtra jamais. Enfin, il est beau garçon et laisse rarement les gens indifférent, et c'est avec plaisir qu'il use de cette qualité.

☼ Défauts:

Provocateur, sadique, arrogant, têtu, insouciant voir même dérangé, voilà une liste de défauts non exhaustive que l'on pourrait faire à propos de Lawrence. Il se montre odieux avec ceux qu'il ne connaît pas, n'a pas de respect pour les aînés, se montre souvent blessant, tant de chose qui donne envie de le haïr. Il n'a jamais conscience des risques qu'il prend et a la sinistre habitude de se mettre dans des situations douteuses, entraînant souvent ceux qui l'assistent avec lui. Aussi, bien que cela est surtout dû à son pouvoir, il a la fâcheuse tendance à dormir tout le temps et n'importe où, et il se plaint toujours de cette insatiable faim qui le ronge. C'est aussi un voleur, bien qu'à l'origine cela était pour survivre, cette activité est devenu un réflexe, un passe temps dont il ne peut se débarrasser. Pour finir, c'est une véritable tête en l'air, au sens de l'orientation plus que douteux et est d'une maladresse prodigieuse.

☼ Pouvoir :

Énergie du vide : L'énergie du vide, c'est ainsi que Lawrence nomma sont don si particulier. Ce don permet au jeune homme de manipuler la composition de son corps pour prendre la forme d'un nuage noir, grisâtre, d'une énergie qui semble hors de la réalité. En effet, sous cette forme, il ne possède plus de masse, il ne réfléchit plus la lumière, n'est soumit à aucune forces, mais est pourtant là, et met mal à l'aise tout ceux qui l'observe dont les sens semblent tous dire que ce qu'ils voient est impossible. Il peut donc traverser la matière, être impossible à toucher et passer outre les appareils de détection, mais il ne peux donc pas agir sur ce qui l'entoure. Cependant, cette forme instable ne peux rarement être maintenu plus d'une minute, qui est déjà un exploit en soit, et son corps ne se change pas forcément complètement. A cela il faut ajouter le fait que, par manque de contrôle, il n'arrive pas à se transformer à sa guise, la plus part du temps, subissant la transformation au gré de ses émotions, bien que depuis le temps, il y parvient de plus en plus souvent. Mais le plus dangereux est bien sûr le risque de se reconstituer dans un mur ou tout autres corps solides, ce qui serait tout simplement fatal. Enfin, cette forme consomme beaucoup d'énergie à Lawrence, ce qui l'oblige à beaucoup compenser en nourriture et repos, mais cela entraîne cependant un avantage, il peu manger comme il le souhaite sans grossir. Même sous forme humaine, il émane de lui cette sinistre impression qui met tout le monde mal à l'aise, et pourtant, il n'est en rien différent sous cette forme. Dernier détail, les objets de tailles réduites peuvent se transformer avec lui, comme un portable, un couteau, ou plus simplement, ses vêtement, mais il ne peut absolument pas aller au-delà.

Parce que votre expérience nous intéresse.....

☼ Histoire:

Partie I : Avant Rebirth

    C'était un samedi soir, lors d'une soirée dans une boite assez chic, que tout commença. Un homme, adosser au comptoir, semblait scruter la pièce à la recherche d'une personne. Cet étrange homme au physique fort attirant se dénommait Charles Cooper, et ce qu'il cherchait, c'était une femme qui ne résisterait pas à son charme, histoire de se divertir et de compléter son tableau de chasse. Après une bonne demi heure à rechercher la dite créature, il en vit une qui semblait pouvoir combler ses désirs, une magnifique femme brune aux courbes de déesse et au visage magnifique. Il s'approcha rapidement d'elle, un verre à la main, et s'installa à coté d'elle, poussant le verre devant elle. Il n'eut aucune difficulté à la prendre dans ses filets, faisant jouer toute les ruses qu'il avait apprit avec l'expérience. Mais au fur et à mesure de la conversation, un défaut était apparu chez la jeune femme, et se faisait de plus en plus visible. En effet, cela faisait même pas plus de dix minutes qu'il était avec elle, qu'il avait l'impression d'avoir déjà passer une éternité à écouter ses niaiseries sans noms, dont il ne comprenait plus que le « blabla », tentant de préserver sa santé mental. Il essaya de se raccrocher du mieux qu'il le pouvait à son sublime physique, mais sa patience atteint vite ses limites, et cette fois, il préféra changer de plan. Il feinta en lui disant qu'il allait assouvir un besoin, puis sortit, mais il n'avait pas mentit, le besoin qu'il devait assouvir était de réchapper à cette horrible créature à la conversation infini. Habituellement, il se serait mit dans un autre coin et aurait recommencer depuis le début, mais il en avait tellement entendu qu'il en avait la migraine, il décida donc de rentrer chez lui cette fois ci. Il prit sa voiture et démarra.

    Il faisait tard, et ce fut au croisement d'une rue qu'il manqua de renverser quelqu'un. La personne en question était indemne, mais avait quand même été un peu secoué. C'était une femme blonde, au physique plaisant sans être sublime et qui ne semblait pas faire plus attention que cela à son corps. Elle regarda le conducteur droit dans les yeux, comme étonnée par ce qui venait de se passer, et ce fut avec une force que l'on aurait jamais pu imaginer de sa part qu'elle commença à hurler toute sa rage sur Charles qui avait presque failli l'envoyer à l'hôpital.


    -Non mais j'y crois pas ! Êtes vous totalement aveugle ou juste un crétin fini ?! Un peu plus et j'y passais !
    -Oh ! Ma belle ! Tu te bouge de là ? Je suis pressé et par ta faute j'ai failli abîmer ma voiture !
    -Ha ! Mon cœur, toi qui tient temps à ta précieuse voiture, apprécie sa de ma part ! Bricolage façon Lizzie !


    Elle sortit de son sac à main un marteau, flambant neuf au vue de l'étiquette encore accrochée dessus, puis, le tenant à deux main, elle frappa un des phares qui vola en morceau. La mâchoire de Charles se décrocha, tant il ne s'attendait pas à cela, puis pousser par la rage, il sortit de son véhicule et s'approcha de la femme. Il s'approchait d'elle, répétant nombres d'insultes à son encontre, tandis que de son coté, elle lui disait de ne pas approcher plus au risque de le regretter, et en effet il le regretta. Alors qu'il s'apprêtait à lui attraper le poignet, elle lui donna une droite qui l'envoya directement au tapis. Elle se sentit incroyablement coupable pour ce qu'elle venait de faire et l'invita à venir chez elle pour le soigner. Charles, dont le nez c'était transformer en une fontaine rougeâtre, accepta.

    Charles était chez elle, assit sur son canapé, la tête en arrière et tenant un mouchoir sur son nez. Le femme s'approcha de lui avec un verre d'eau, puis elle s'assit à coté de lui, regardant le sol comme honteuse. Charles baissa la tête et retira lentement le mouchoir, le sang ne coulait plus. Il prit une gorgé d'eau, puis il s'adressa à la femme :


    -Un marteau ? Et vous avez une sacré droite ! Mais vous êtes quoi ? Une furie ?!
    -J'aime le bricolage. Et veuillez m'excuser, j'ai tendance à m'emporter parfois ... Non mais attendez ! C'est vous qui avez failli me renverser, c'est vous qui me devez des excuses !
    -Mais que faisiez vous au milieu de la route ?!
    -Je traversais, il faut être aveugle pour ne pas le voir !
    -Traverser sans même regarder ?!


    Ils se regardèrent dans les yeux, comme sur le point de se sauter à la gorge. Puis tout d'un coup, ils partirent dans un grand éclat de rire. Ils riaient de ce qui venait de leur arriver, du comique de la situation. Charles, bien que remonté parce qui venait de se passer, aimait beaucoup le fort caractère de cette femme, sa changeait de toutes ces poupées superficielles qu'il côtoyait. Il se rendit ensuite compte qu'il ne connaissait toujours pas le nom de cette femme, il lui demanda donc :

    -Mais dites moi, comment vous appelez vous ? Ah moins que vous ne préféreriez que je continue avec furie ?
    -Ha ! Continuer et votre cas s'aggravera. Je me nomme Elizabeth Tyler, mais appelez moi Lizzie.
    -Et bien enchanté Lizzie. Mon nom est Charles, Charles Cooper.


    A ce moment là, jamais Charles n'aurait imaginé une seul seconde ce que cette rencontre allait changer dans sa vie sentimentale, Elizabeth non plus. Et c'est donc par la rencontre de ces deux êtres que tout oppose que les choses on commencés.


    Ce fut deux ans après leur première rencontre que Elizabeth et Charles avaient officialisés leur amour par le mariage. Qui aurait cru que se séducteur collectionnant les conquêtes puisse tomber amoureux d'une femme d'un tel caractère et à la féminité si peu visible. Elle ne tarda pas à tomber enceinte, au bonheur de chacun des membres du jeune couple, mais ils ne lui trouvèrent pas immédiatement un prénom, préférant attendre et bien y réfléchir. Ils ne voulaient pas non plus connaître le sexe du bébé, préférant garder la surprise. Plus les mois avançais, et plus les hormones faisaient des ravages, provoquant des réactions disproportionnées chez Elizabeth, qui était déjà une femme de caractère. Elle hurlait sur Charles, lui lançait tout ce qui lui passait sous la main, pleurait comme une madeleine, faisait se lever Charles à des heures pas possible pour des envies de femmes enceintes et se montrait encore plus autoritaire que jamais. Cependant, jamais ce ne fut prit autrement que comme étant des poussés d'hormones, et souvent ils en riaient ensemble en y repensant. C'était presque la fin septembre quand le travail commença, alors qu'elle parlait avec Charles. Ce fut dans un calme prodigieux qu'ils allèrent à l'hôpital le plus proche, afin de donner naissance dans les meilleurs conditions. Ils attendirent ensemble près de cinq heures avant qu'elle ne parte en salle de travail, où elle resta un temps qui paraissait si long que Charles et Elizabeth ne pourraient le dire avec précision. Charles, d'un naturel pourtant si calme, était particulièrement stressé et excité. Il était au coté de sa femme, lui donnant la main et lui soufflant des mots doux qui avaient le pouvoir de la rassurer, bien qu'elle, de son coté, ne lui rendait que des insultes, poussée par la douleur, ainsi qu'une terrible pression à la main qu'elle serrait encore plus fort que l'un de ses outils. Enfin le travail fut achevé, et vint au monde, au début du jour du 24 septembre 1989, un jeune garçon, qui ne pleura pas plus que ce qu'il devait pour désencombrer ses poumons et qui fixait ses parents de ses beaux yeux bleu. Les deux parents étaient comblés, si heureux d'avoir un fils, mais vint ensuite de nouveau la question du prénom, qu'ils n'avaient toujours pas choisit.


    -Voila qui va être problématique, on aurait peut être dû y penser plus tôt. Une idée Charles ?
    -Hmm, je ne sais pas trop, déjà j'aimerais éviter que l'on n'utilise mon prénom, j'ai toujours trouvé cela stupide un père et un fils qui ont le même prénom. Que dirais tu de ... William ? C'est un nom noble et beau.
    -Oh non ! Hors de question ! Prends les initiales de William Cooper et on obtient W.C ! Je ne tendrais pas une si grande perche aux cruels enfants avec qui il jouera !
    -Oh, en effet ...
    -...Lawrence, qu'en pense tu ?
    -J'aime assez, oui, c'est assez plaisant. On décide de ce nom Lizzie ?
    -Lawrence ... Il semble que cela plaise au bébé. Dans ce cas, c'est décidé. Bienvenue Lawrence Cooper.



    Mais alors que Lawrence commençait à peine à découvrir le monde du haut de ses six petites années, il allait déjà être témoin du ravage du temps sur une relation. De virulentes disputes se faisaient entendre à travers tout le domicile, toujours plus nombreuses, toujours plus longues. Alors qu'Elizabeth criait de toute ses forces, Charles ne réagissait même plus, ne se préoccupant plus que de lui et semblant tourmenté par l'ennuie de cette relation. Lawrence était trop jeune, il était juste un témoin d'une chose qu'il ne pouvait comprendre, ne pouvant apporter soutien à personne et ne pouvant point exposer son avis personnel. Puis le jour fatidique arriva, Charles préparait ses affaires, les posant face à la porte d'entrée, tandis qu'Elizabeth, adossée contre le mur, l'observait dans le silence le plus total et le plus tendue qu'il n'y eu jamais dans ce couple. Lawrence n'était pas loin, dans le coin de la porte qui reliait le salon et l'entrée. Il fit ce qu'il fit toujours, il observa la scène. Charles, qui avait finit de rassembler ses affaires, commença à pousser la poignée de la porte, et ce fut à ce moment exacte qu'Elizabeth brisa ce silence de mort qui régnait depuis plusieurs heures.

    -Et Lawrence ? Que veux tu que je lui dise pour expliquer ta lâcheté ?
    -... Que l'erreur est humaine, ma belle !


    Dans une poussée de rage à l'entente de ce que venait de dire Charles, Elizabeth prit la première chose qui lui tomba sous la main, un vase, et le lança sur Charles, qui l'évita en refermant rapidement la porte derrière lui. Elle ne dit rien, gardant son calme et son sang froid, et pas une larmes ne coula après le départ de Charles, qui allait bientôt devenir son ex-mari. Elle resta cependant près d'une heure devant la porte, l'observant dans le silence, avant de se diriger vers Lawrence, à qui elle dit qu'à eux deux, ils auraient tout ce dont ils auraient besoin.


    Douze années passèrent et la vie du jeune Lawrence, maintenant âgé de 18 ans, avait continuée, sans le besoin d’un père. Il était devenu un beau jeune homme, plein de confiance en lui, à la forte personnalité, bien que particulièrement instable pour ses proches. Lui et sa mère, Elizabeth, ne possédaient pas énormément de choses, cette dernière ne gagnant pas un salaire élevé. Elle avait tout fait pour tenir la promesse qu’elle avait faite à son fils, celle de ne pas avoir besoin de plus que d’eux même, et en quelques sortes, bien que loin de ce qu’elle imaginait, elle avait réussit. En effet, pour subvenir à leurs besoins, tout en gardant un niveau de vie décent, elle avait accumuler deux job, travaillant jour et nuit en tant que mécanicienne et serveuse dans un bar de Cardiff. Malheureusement, cela entraîna une certaine absence dans la vie de son fils, mais jamais Lawrence ne le lui reprocha, il savait les efforts que sa mère fournissait pour leur permettre de vivre comme il le fallait, et que cette absence était un juste retour des choses. Cependant, cette absence, laissant Lawrence livré à lui-même la plupart du temps, était l’une des principales causes de sa personnalité si particulière. En effet, à vivre sans contrainte, il avait appris à vivre en ne se refusant rien, se faisant sa propre expérience des relations humaines et n’apprenant que par lui-même, sans recevoir l’enseignement d’un adulte. Bien sûr, Elizabeth demandait toujours à certains de ses amis de veiller sur lui en son absence, mais il finissait toujours par leur fausser compagnie, préférant cette liberté à laquelle il était habitué depuis tant d’années. Du coté de ses relations amicales, Lawrence ne possédait pas beaucoup de véritables amis. Certes, il avait énormément de succès, il était populaire, mais on le haïssait aussi beaucoup pour son attitude plus que désagréable et son égocentrisme, sans parler que même ceux qui l’adulaient n’aimaient en réalité qu’une image d’une personne qu’ils ne connaissaient pas.

    Lawrence était assit sur la quai de Cardiff, regardant l’océan, comme si il attendait que l’on vienne le chercher et l’emmener loin d’ici. Une personne arrivait doucement derrière lui, une jeune femme brune qui semblait avoir le même âge. Elle approcha discrètement sa main de l’épaule de Lawrence, puis, une fois en contact, elle lui adressa un bonjour avant de l’utiliser en appui pour se placer juste à coté de lui. Elle regarda dans le même directions que Lawrence, semblant chercher des yeux ce qu’il fixait, puis après quelques minutes, elle lui tendit une cannette de soda et lui dit :


    -Ce n’est pas en regardant le large que tu vas réussir à t’éloigner chouchou ! Reviens un peu sur terre, et surtout ne me laisse plus jamais en plan quand on doit présenter un devoir commun ! Dit elle en lui faisant une frappe derrière le crane.
    -Hey ! Tu fais mal espèce de harpie ! Et puis franchement, Emily, tu aurais dû te douter que je n’allais pas venir, héhé ! Quand à m’éloigner d’ici, j’espère qu’un jour ça se fera, mais je reste lucide.
    -Oh tu sais, je garde espoir, un jour je te ramènerais sur le droit chemin.
    -Toi ? Me ramener sur le droit chemin alors que tu es encore plus dépravée que moi ? Ah non mais je te jure !
    -Vas y, lance moi tes piques, mais la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe ! Sinon, quelles nouvelles de jenny ? Elle avait l’air triste ce matin.
    -Normal, je l’ai plaqué.
    -Tu as quoi ?! Mais elle était pourtant gentil, et elle te plaisait, non ?
    -Elle n’avait plus de saveur une fois que j’en eu fini.
    -Tu es vraiment un monstre … mais c’est bien pour sa que je t’adore chouchou !
    Elle lui fit un petit bisou sur la joue. Lyle devait pas venir ?
    -Si mais il à eu un empêchement. Enfin bref, je vais te laisser, ma mère rentre bientôt et ça va pas le faire si je ne suis pas là. Aller, bye.


    Lawrence se leva doucement et lança un dernier regard vers le large. Lui qui rêvait tant de voir de nouveaux horizons, il était bloqué sur cette île, à Cardiff qui plus est. Enfin, il commença à rentrer chez lui, laissant son amie Emily seul sur le quai. Il arriva devant la porte de son domicile, le même que celui où il avait vécu toute sa vie. A chaque fois qu’il rentrait chez lui, il y avait cette sensation de plaisir de pouvoir enfin se retrouver chez soit, mais aussi un incroyable malaise, accompagné d’images semblant sortir de sa mémoire et dont il ne comprenait pas la signification. Il ne comprenait pas cette sensation étrange, mais il ne cherchait pas à l’expliquer, comme pour ce protéger de quelque chose. Quoi qu’il en soit, c’était certainement cette sensation qui le poussait tant à vouloir fuir l’Angleterre. Une fois cette sensation passé, il poussa enfin la porte. Sa mère n’était pas encore rentrée, il lui restait sûrement encore quinze bonnes minutes de solitude. Il se mit à l’aise, se fit un truc à manger, puis se posa sur le canapé, observant l’horloge. Lui qui faisait tant d’effort pour éloigner les gens de lui, semblant se satisfaire que de lui-même, si une chose lui faisait bien peur, c’était la solitude, rien ne le terrifiait plus que de se retrouver seul, qu’on l’abandonne, ce qui expliquait sûrement pourquoi il faisait en sorte de saboter ses relations. Le bruit du verrou se fit entendre, puis la porte s’ouvrit, laissant apparaître Elizabeth, incroyablement fatiguée par sa longue journée de travail.

    -Hey maman ! Tu as passée une bonne journée ?
    -Oh non, je suis vraiment exténuée ! Si tu savais la journée que j’ai passée, surtout en recevant un appel pour me dire que tu as encore été absent. Une explication ?
    -Haha ! Oups ? Oh, je vois franchement pas pourquoi je devrais y aller, je perd du temps précieux là bas alors que je suis largement plus intelligent que la moyenne de cette établissement.
    -Ah oui ?! Et que compte tu faire de ce temps libres que tu récupères en séchant consciemment les cours ?
    -Je ne sais pas moi, voyager ?
    -Voyager … tu parle beaucoup de voyages depuis quelque temps. Pourquoi vouloir tant partir ? On a tous ce qu’il faut ici.
    -Oh maman, j’étouffe ici ! Je ne vais pas passer toute ma vie à Cardiff !
    -Qu’est-ce que tu reproche à Cardiff ? C’est ici que nous vivons depuis plusieurs générations. Je ne vois même pas où tu voudrais aller franchement !
    -Je n’ai rien à reprocher à Cardiff, excepté qu’il n’y s’y passe strictement rien. Et puis ce n’est pas tant le fait de déménager, mais plutôt de voyager. J’aimerais tant aller en Russie par exemple, Moscou, les plaines glacées Sibériennes, et autres.
    -C’est bien beau tout cela, mais je n’ai franchement pas envie de parler de cela maintenant. Je vais aller me reposer, et sache qu’il y aura sanction pour ton absence ! Tu me réveilleras quand tu auras faim mon chéri.


    Elizabeth monta à l’étage dormir un peu avant de reprendre le travail dans quelques heures. De son coté, Lawrence, légèrement énervé par la conversation qu’il venait d’avoir avec sa mère, serrait le point, avant de donner un violent coup sur l’accoudoir du canapé.


    Presque deux années passèrent, deux petites semaine avant le vingtième anniversaire de Lawrence. Comme à son habitude, Lawrence passa presque toute sa journée dehors, mais pour une fois, sans sécher les cours, ce qui changeait pas mal. Puis, une fois de retour chez lui, il vit sa mère préparer ses valises, Lawrence vit alors son cœur s’arrêter. Mais le large sourire qu’affichait sa mère semblait le rassurer, lui qui eu si peur qu’elle suive le même chemin que son père. Il lui demanda la raison de son départ, ainsi que la destination. Elle le rassura en lui disant qu’elle partait pour un petit stage de mécanique, qu’à son autre travail ils étaient au courant, et qu’elle serait de retour avant son anniversaire. Il était en effet rassuré, mais il n’aimait pas l’idée d’être seul chez lui. Elle partit le lendemain au soir et elle confia Lawrence à la mère de Lyle, qui était une de ses amies proche depuis qu’elle l’avait connu par la relation des deux enfants. Lawrence n’était pas vraiment motivé par le fait d’être sous la garde de quelqu’un plutôt que de se débrouiller seul. Cependant, il aimait bien Lyle qui était un de ses rares amis et appréciait sa famille, il s’en accommoda donc rapidement.

    On était à la fin du jour du 20 septembre. Lawrence, de passage chez Lyle, était sur son ordinateur portable, passant le temps. Il regardait des choses et d’autres, mais ne semblait pas chercher quoi que ce soit de précis, comme si il avait déjà fait un million de fois le tour de ce qui l’intéressait. Lyle entra dans la pièce, ce jeune homme blond à l’aspect chétif, qui semblait toujours endormie, déconnecté et qui était d’une lenteur absolue. Il s’approcha donc de Lawrence, et regarda par-dessus son épaule. Après dix bonnes minutes à rester immobile, Lyle commença à s’adresser à Lawrence :


    -Hey, ça te dit on va prendre l’air ?
    -Et bien, je te félicite, tu n’as jamais mis aussi peu de temps avant de parler !
    -Hey ! Va voir ailleurs si j’y suis, ok ? Bon, on sort ?
    -Pour aller où ?
    -Chez pas, dehors … pourquoi pas Roald Dahl Plass ?
    -Qu’est-ce que tu veux faire là bas ?
    -Qu’est-ce que tu veux faire ici ?
    -… Pas faux ! Bravo, tu as même du répondant ! Bon, j’arrive.


    Lawrence éteignit son ordinateur portable, puis se leva et se dirigea vers la porte. Il descendit les escaliers et prit son trench-coat au passage, suivit de Lyle. Ils marchaient vers Roald Dahl Plass, parlant de divers choses, faisant la conversation. Arriver sur place, ils se trouvèrent une place sur les marches et furent bientôt rejoins par Emily. Cette dernière, après avoir prit place dans la conversation, lança de nouveaux sujets de conversations, ré-alimentant leur discussion. Il restèrent une grande partie de la soirée sur ses marches, à parler, regarder les étoiles, au point qu'il fut presque 23 heure. Ils n'avaient pas cours le lendemain et le trio avait décidé de s'accorder la soirée pour passer du temps ensemble, ne pensant pas rentrer avant quelques heures encore. Quelques minutes avant qu'il ne soit 23 heure, le téléphone de Lawrence sonna, c’était sa mère. Il décrocha et demanda des nouvelles, et ce qu’elle lui apprit le réjouit plus que tout :

    -Comment ?! Tu es en Russie ?!
    -Oui mon chéri, je suis partit en avance pour te préparer un voyage dans les meilleurs conditions pour ton vingtième anniversaire !
    -Oh mon dieu maman, si tu savais ce que je t’aime !
    -Ha ! Moi aussi ! Tu vois, comme quoi on gagne suffisamment d’argent pour se payer un petit voyage. On a bien le droit de se faire plaisir. Tient, c'est quoi dans le ciel ?
    -... Pas la moindre idée. Lyle, Emy, regardés la haut !
    -Tient, comme c’est étrange. Mais qu'est ce que sa peut bien être ?


    Une lueur vive se faisait de plus en plus visible, embrasant les cieux. Lawrence comprit rapidement que c'était un objet qui pénétrait dans l'atmosphère. Mais alors que tout le monde disaient que c’était spectacle magnifique, le visage de Lawrence se décomposa quand il entendit sa mère.

    -Elle à l’aire si proche…Oh mon dieu ! Sauvez nous !
    -Maman ? Maman ?! Maman !!!


    La communication venait d’être coupée, sûrement à cause du choc provoqué par l’impact de l'astre qui devait avoir détruit les lignes. Quand Lyle et Emily virent le visage de Lawrence, ils comprirent vite que quelque chose n’allait pas. Mais ils purent bientôt constater d'eux même de l'ampleur du problème, quand l’onde de choc arriva jusqu’ici, brisant toute les vitres et faisant trembler la tour. Cette astre, dont on devinait la grande taille, c’était écraser sur la Terre et la vie de l’humanité allait en être bouleversé à jamais.


Partie II : Après Rebirth

    Cette nuit là, personne ne réussit à s'endormir, tous choqués par ce qui venait d'arriver tout en ne comprenant pas ce qui venait de les frapper. Lawrence resta silencieux et aussi calme qu'aurait pu l'être un cadavre, à un point tel que Lyle et Emily s'inquiétaient réellement pour lui. Ils essayaient de le rassurer en lui disant qu'il y avait peut être des survivants là bas, mais même eux n'y croyaient pas. Plus le temps passait, et ce même dans un délai particulièrement court, et plus les choses s'aggravaient, notamment au niveau climatique. Rapidement, une unique chose venait à l'esprit de tout le monde, partir dans un endroit sûr. Mais où pouvaient ils aller alors que la Terre semblait vouloir reprendre la vie. Certains pensèrent aux pôles, là où l'atmosphère est la plus saine, mais on ne pouvait plus se fier à se que nous connaissions, car cet astre avait modifié à jamais l'atmosphère terrestre. Lyle et sa famille avaient préparés leurs affaires, sans même avoir définie une destination, et au moment du départ, ils ne savaient toujours pas où aller. Quelques heures à peine après avoir fini leurs bagages, Emily vint sonner à leur porte et leur donna une information des plus précieuse. En effet, sa tante, à Boston, lui avait parlée d'abris qui semblait parfait suite à cet événement et qui avaient été ouverts à tout ceux qui désiraient y entrer. Ils ne réfléchirent pas une seconde pour se décider à aller là bas, mais ils ne pouvaient laisser Lawrence seul, c'était tout simplement inconcevable. Lyle monta voir Lawrence, toujours aussi actif qu'un zombie, et lui demanda de venir avec eux, bien que le fait de lui demander était plus par politesse, car jamais ils ne partiraient sans lui. Lawrence ne réagit pas immédiatement, pensant même un instant rester ici, mais son instinct de survie ne tarda pas à refaire surface, et cette étincelle réapparaissant dans ses yeux, il se leva d'un coup, prépara ses quelques affaires et partit avec Lyle et sa famille.

    Tout le monde voulait partir et le plus vite possible, ce qui entraîna de grands embouteillages sans fin, et rapidement il fut impossible de progresser dans un véhicule. Lawrence, Lyle et ses parents furent contraint de marcher, abandonnant certain bagages trop encombrants derrière eux. Ils durent marcher pendant des heures, zigzaguant entre les véhicules à l'arrêt et poussant la foule pour se frayer un chemin. La première idée des parents de Lyle fut de rejoindre l'Amérique par la mer avant de finir à pied, mais Lawrence et Lyle leur fit remarquer un détail. En effet, après la chute de cet astre, les océans devaient sûrement être déchaînés, engloutissant tout ce qui se trouveraient en leur centre, la meilleur solution, bien que non sans danger, était sans aucun doute le ciel, mais il ne restait plus qu'à espérer que les vols n'aient pas été annulés, auquel cas ils n'auraient aucun moyen de partir. Heureusement pour eux, une fois arrivés dans un aéroport, ils purent constater que, mis à part pour quelques destinations, les vols n'avaient pas été annulés. Cependant, il était quasiment impossible d'avancer tant il y avait de monde, le seul moyen de pouvoir espérer obtenir un vol était de pousser sans le moindre état d'âme, ce qui ne fut en rien difficile pour Lawrence. Cela leur prit de nombreuses heures ainsi que la pertes d'autres de leurs affaires, mas ils réussirent à prendre place dans un vol pour New York avant qu'il ne soit complet, un aller direct pour Boston était impossible. L'avion décolla, et le chemin qui les séparaient des abris devint plus court.

    L'avion se posa finalement en sol Américain, déposant ses passagers qui tentaient tous de fuir le plus loin possible. A New York, la situation était la même qu'en Angleterre, les routes étaient bloquées par un nombre incalculable de voitures et toute la population marchait. Cette fois, le chemin pour aller à Boston allait être bien plus long que celui qu'ils avaient fait pour atteindre l'aéroport, surtout à cause du fait que la circulation était gelée avant même qu'ils ne commencent. Voulant à tout prix rejoindre les abris avant qu'on ne leur apprennent que ceux ci étaient plein, ils ne s'autorisèrent pas de pauses, mais un événement naturel vint bientôt les contraindre à se mettre à l'abri. Une pluie commençait à tomber sur New York, mais pas une pluie comme ils en avaient déjà vue, mais une pluie acide dont on pouvait facilement voir les effets sur les voitures. Lawrence, Lyle et sa famille se cachèrent dans un petit café, devenu abri de fortune contre la pluie. Lyle et ses parents semblaient choqués par cette pluie, choqués par ce que la Terre était en train de devenir. De son coté, Lawrence n'afficha qu'un sourire, regardant avec admiration comment l'écosystème était en train de signer la fin de la civilisation comme nous la connaissions, impressionné par ce que la nature pouvait faire. La pluie s'arrêta au bout de trois longues heures, et tel un coup de feu pour le départ d'une course, elle signa aussi la sortit d'un millier de personnes dans les rues qui couraient vers leurs destinations, parfois communes. Quitter la ville ne fut pas simple, mais bientôt, ils furent obligés de rejoindre Boston sans pouvoir compter sur un quelconque abri en cas d'une nouvelle pluie acide.

    Le voyage leur prit des jours, marchant parfois de nuit, se cachant dans ce qu'ils pouvaient quand il y avait des pluies acides et économisant leurs dernières provisions pour ne pas mourir de faim avant qu'ils ne soient arrivés. Ils soufflèrent de soulagement quand, enfin, ils purent voir Boston, ce qui leur permis de puiser une force nouvelle en eux pour l'atteindre en une seul fois. Ils étaient enfin à l'intérieur de Boston, et cette fois, ils n'avaient plus qu'à suivre la foule pour trouver ces fameux abris qu'ils convoitaient tant. Ils marchaient entre les bâtiments et les carcasses de voitures, rongées par ces chutes acides, quand un bruit de pierres brisés, comme en train de se fissurer, se fit entendre. Un vieux bâtiment tout près d'eux était, petit à petit, en train de se fissurer, quand, dans un vacarme assourdissant, il s'écroula directement sur eux. Des cries de terreurs de tout ceux qui se trouvaient sous celui ci se firent entendre. Lawrence, dans un réflexe de survie, se protégea la tête avec ses bras, et au moment où le bâtiment s'écroula sur lui, son corps sembla partir en fumer. La structure, en tombant au sol, provoqua une fort nuage de poussière qui empêcha quiconque de voir ce qui se passait la dessous. Lawrence ouvrit les yeux, et ce fut effaré qu'il vit qu'il était intact, toujours debout, alors qu'il devrait être mort, au vue du fait qu'il était sur les décombres et non sur le trottoir, écrasé, comme sa aurait dû être le cas. Il ne comprenait pas ce qui venait de lui arriver, regardant tout son corps, cherchant n'importe quelles blessures que ce fut. Mais sa recherche fut interrompu par la poussière qui lui envahissait les poumons. Il toussait, et alors qu'il allait tenter de s'éloigner, il vit le corps de son amis Lyle au sol, grandement blessé, mais qui semblait toujours en vie, ce qui n'était pas le cas de ses parents dont on pouvait voir certaines parties du corps dépasser sous les rochers. Il prit Lyle dans ses bras et tenta de se dégager au plus vite du nuage de poussière. Quand il fut assez loin pour pouvoir observer ce qui ce passait autour de lui, il pu émettre l'hypothèse qu'il devait être le seul à être sortit vivant avec Lyle. Il observa plus précisément les blessures de Lyle, il était blessé à la tête, baignant ses beaux cheveux dorés dans le rouge de son sang, son bras était dans un sale état et son ventre semblait être touché. Il le posa assez loin du nuage de poussière et il comprima les plaies comme il pu avec des bouts de tissus, mais il n'était pas médecin et ne pouvait pas faire de constat sur la gravité de ses plaies. Il le reprit dans ses bras et se précipita vers un des abris, qui n'étaient plus qu'à une demi heure.

    Les portes des abris étaient encore grandes ouvertes, surveillées uniquement par ce qui semblait être des militaires. Lawrence tentait d'avancer rapidement, mais il était opposé à la nature humaine, égoïste et sans âme. Mais alors qu'il avançait comme il pouvait, de l'agitation se fit bientôt entendre non loin de la porte de l'abri. Il tenta de voir comme il pouvait par dessus la foule, et il vit qu'un espace s'était créé autour d'une femme rousse, que les militaires pointaient de leurs armes. Lawrence ne comprenait pas cette mascarade, ne voyant qu'une femme apeurée, quand soudain, une lumière dorée se fit paraître, sortant de ses yeux et de sa bouche, puis de tout sont corps, avant de créer une puissante onde de choc qui fit faire à tout le monde un pas en arrière avant de les faire s'évanouir. Quand l'onde passa au niveau de Lawrence, comme pour l'effondrement, son corps se transforma en un nuage grisâtre, lui permettant d'éviter le coups. Cette fois, il resta sous cette forme près de dix secondes, lui permettant de voir ce qui lui arrivait, puis il se reconstitua petit à petit, au milieu de tout les gens au sol. Il regarda autour de lui, l'onde de choc avait agis sur une grande zone. Il regarda ensuite la femme, elle aussi était au sol, ne semblant pas avoir tenu à une tel libération d'énergie. Lawrrence se pencha vers le corps de Lyle et lui dit avec un sourire :


    -Je suis désolé mon ami, mais j'ai trouvé quelque chose de très intéressant dont je doit m'occuper.

    Il prit son corps, enjamba les corps évanouis au sol, jusqu'à la femme. Il posa Lyle à coté de ce qui semblait être le mari et le fils de la rousse, puis écrivit sur un petit bout de papier : « Ne m'attendez pas, allez dans l'abri, et occuper vous de ce jeune homme ». Ainsi, il venait de se décharger de toute responsabilité concernant son ami et libéré une famille d'un problème qui aurait pu les pousser à la mort si ils auraient eu l'idée d'aller la chercher. Il mit se mot dans la main de l'homme, puis il prit la femme dans ses bras avant de partir le plus vite possible avant que n'arrive des renforts, car au vue de l'accueil qui avait été fait à cette femme, sûrement pour ce don, le siens ne serait pas meilleur, et il ne serait donc pas en sécurité dans l'abri. Sa fuite n'était pas facile car elle n'avait pas le même gabarit que son cure dent d'ami.

    Lawrence était à bout de souffle, cela faisait bientôt deux heures qu'il marchait avec cette étrange femme dans les bras, espérant s'éloigner suffisamment des abris tout en trouvant un coin à l'abri des pluies acides et des effondrement. Il entra dans un bâtiment qui semblait assez bien tenir à l'effet corrosif de l'acide, et comme il le pensait, la moitié des appartements avaient été abandonnés. Il n'eut pas besoin de chercher longtemps une porte ouverte, oublie d'un ancien locataire trop pressé par le fait d'avoir une place dans l'un des abris. Il déposa la femme dans un lit de cette appartement quatre pièces, puis il se laissa tomber d'épuisement sur une chaise. Il soufflait et somnolait sur cette chaise, fatigué par un tel effort, mais sans pour autant s'endormir. Après une bonne demi heure à rester assit, il se leva et alla voir du coté de la cuisine, et bien sûr, il ne restait quasiment rien, il se contenta alors d'un verre d'eau. Mais alors qu'il avalait cet eau gorgé par gorgé, il repensa à ce qui lui était arrivé deux fois aujourd'hui, et dont il avait encore du mal à reconnaître la véracité de la chose. Comment avait il pu survivre à l'effondrement de cette immeuble ? S'était-il réellement transformer quand cette femme avait provoquée cette onde de choc ? C'était ridicule, du moins, c'est ce qu'il semblait se dire pour se rassurer d'une chose qu'il ne comprenait pas. Cependant, car seul les idiots restent sur une idée sans même avoir fait de test, il se dit qu'il ne perdait rien à vérifier si il avait réellement changer où si il s'était prit un coup sur la tête. Il posa le verre sur la paillasse, puis il se concentra. Rien ne se passait, c'était évident, puisqu'il ne savait pas sur quoi se concentrer, alors il repensa à ce qu'il avait ressentit quand l'onde de choc était arrivée à son niveau, cette sensation de vide, comme hors de toute réalité. Il se concentra sur cette sensation, encore et encore, mais rien ne semblait se passer, il souffla alors, comme déçus. Trop occupé par ses tests, il n'avait pas remarqué que la femme s'était réveillée et qu'elle se trouvait non loin, derrière lui. Et ce fut au moment ou elle demanda ce qui lui était arriver que Lawrence, surprit, sursauta et se transforma dans le même temps en ce nuage qui, comme l'aurait fait Lawrence sous forme humaine, eut un mouvement de recul, mais qui au lieu de se stopper sur le comptoir de cette cuisine américaine, passa à travers et re-matérialisa Lawrence de l'autre coté. La femme eu un mouvement de recul à la vue de ceci avant de tomber en arrière, trébuchant sur quelque chose, tandis que Lawrence était en train de regarder chaque partie de son corps, encore plus surprit que par l'arrivée inattendu de la femme. La femme, la voix tremblante, lui demanda :


    -Comment avez vous fait ça ?
    -Pas la moindre idée ... mais quoi qu'il me soit arrivé, je dois dire que ça me plais.
    -Mais qu'êtes vous ? Aucun humain n'est capable de tel chose !
    -Oh ! Vous pouvez parler, c'est vous qui avez envoyez une centaine de personne dans les pomme en balançant une onde de choc !
    -Comment ? Impossible !
    -Et pourtant ! Des gardes vous menaçaient, vous faisiez de la lumière en gueulant « je suis une mère de famille » blabla, puis VLAN ! Vous avez balancez tout le monde au tapis !
    -Je ... Vraiment ? ... Oh mon dieu, mon fils et mon mari !
    Dit elle avant de se précipiter vers la porte.
    -Hey ! Stop ! S'exclama-t-il en s'interposant entre la femme et la porte. Vous pouvez pas retourner là bas.
    -Oi ! Pousse toi de là mon garçon ou je te jure que je n'hésiterais pas à forcer le passage !
    -... Ok, allez y. Comme ça ils vous enfermerons et feront des tests sur vous tandis que vous ne reverrez plus jamais votre famille.
    -... Bien ... Mais qui es tu ?
    -Lawrence Cooper, c'est moi qui vous a amené jusqu'ici. Et vous ? Et ne vous inquiété pas pour votre famille, j'ai écrit un message de votre part pour leur dire de ne pas vous chercher, histoire qu'ils profitent de l'abri.
    -Je suis Lucy Nightingale et ... je vous remercie, bien que je ne sois pas sûr de devoir le faire.


    Cela faisait beaucoup de chose en ci peu de temps. Non seulement Lawrence venait d'apprendre qu'il possédait un don, mais en plus, sa première connaissance à Boston possédait elle aussi un don impressionnant. Mais alors que Lawrence voyait son don comme une bénédiction, comme un moyen de pouvoir s'amuser et combler ses désirs, il remarqua bien vite que ce ne fut pas le cas pour Lucy qui, elle, avait bien plus peur de son don et qui voyait cela comme une malédiction étant donné le fait qu'il était la cause de sa séparation entre elle et sa famille.

    Cela faisait maintenant un mois, presque deux que Lawrence avait découvert son pouvoir et rencontré Lucy. Chaques jours il s'entraînait à contrôler son pouvoir, et bien qu'après quelques essaies réussis, sa transformation était encore soumise aux caprices de ses émotions. Pendant toute cette période de temps où il vécu avec Lucy, il devint aussi plus proche d'elle qu'il n'aurait pu le croire. Cette femme au fort caractère s'occupait de lui comme de son fils, sûrement une action inconsciente pour combler le manque, mais c'était une chose qu'il aimait beaucoup, lui rappelant sa défunte mère. De plus, au niveau personnalité, il semblait fait pour s'entendre. Lucy n'aimait pas trop sortir, la blessure de ce qui lui était arrivée à l'abri était encore trop fraîche, mais contrairement à Lawrence, qui vivait de larcins et pillages en tout genre, Lucy faisait tout pour survivre dans ce monde en ruine de façon honnête et cherchait donc un travail, elle avait aussi espoir de ramener Lawrence sur le droit chemin. Mais les bonnes résolutions ne permettant pas de survivre, ils étaient obligés de se reposer sur ce que Lawrence pouvait trouver et voler.

    C'était le 25 décembre, le jour de Noël, et n'ayant pu avoir un repas digne de ce nom la veille, Lawrence partit faire un tour dehors pour trouver quelque chose, après avoir goutter à la bonne humeur matinal de Lucy. Il marchait dans les rues, recherchant des magasins intéressant pour se concocter un bon repas de Noël. Il s'enfonça loin dans cette ville qu'il commençait à connaître, bien qu'il s'y perdait toujours assez régulièrement. Il trouva enfin ce qui l'intéressait, dans une boutique particulièrement loin de son domicile. Celui ci n'était pas à l'abandon, ce qui l'obligeait à user de ses pouvoirs. Il fit d'abord un tour à l'intérieur, histoire de repérer un peu les lieus et de savoir vers où il devrait se poster pour arriver dans la réserve. Ceci fait, il se rendit dans la rue et se plaça approximativement à l'endroit qui semblait correspondre à ce qu'il avait pu observer. Maintenant le problème était d'user de son pouvoir, mais il avait trouver une technique. En effet, jouant sur la peur de se matérialiser dans un mur et de mourir d'une bien horrible façon, il arrivait à se transformer suffisamment longtemps pour passer. Arrivé à l'intérieur, il prit ce qui l'intéressait sans que cela ne soit trop, au risque de ne pouvoir repartir avec. Mais au moment où il réapparut dans la rue, de violentes rafales et un bruit titanesque attirèrent son attention. Il ne prit pas longtemps pour voir les deux immenses tornades qui balayaient Boston, et il remarqua vite que l'une d'elle était relativement proche, si ce n'est trop. Il se mit à courir dans la direction opposée, tentant d'échapper à ce cataclysme, laissant tomber ce qu'il tenait pour gagner de la vitesse. Mais très vite, les rafales de vents de la tornade eurent le dessus sur sa fuite, l'attirant peu à peu, mais au moment même où il décollait du sol, il se transformait pour réapparaître plus loin, et il recommença ainsi encore et encore, jusqu'au moment où, s'approchant plus que les autres fois de la tornade, il se transforma plus d'une minute, un record de temps, lui permettant de s'éloigner suffisamment pour réchapper à l'attraction de celle ci et de pouvoir enfin souffler. Jamais il n'eut aussi peur, ce qui expliquait sûrement l'utilisation aussi longue de son don. Après plusieurs heures, les tornades finirent par disparaître, et histoire de faire le point, Lawrence monta au sommet d'un bâtiment encore debout. Il observa la ville, recherchant l'immeuble où il avait élu domicile, et ce fut avec soulagement qu'il vit que ce dernier avait survécue. Il remarqua cependant une chose, sur les trois abris, seul un était encore debout, les deux autres avaient été rasés purement et simplement. Lawrence ne pu s'empêcher d'afficher un sourire quand à la destruction de ceux ci, construit par ceux qui les chassaient. Mais très vite, il fut sortit de sa jubilation par de violentes secousses. Il se jeta à terre, évitant ainsi de tomber du bâtiment par une malheureuse perte d'équilibre, et il resta ainsi le temps que les choses se calme. Mais plus le temps passait, plus la situation semblait s'aggraver, bientôt un bruit insoutenable se fit entendre, comme si le monde se déchirait. Quand ce fut finit, Lawrence se releva et observa avec stupeur que la ville venait d'être scindée en deux par une gigantesque fissure. Il était impressionnant de voir comment la nature pouvait détruire des constructions qui prirent tant de temps à être construite en si peu de temps.

    Lawrence rentra enfin, recouvert de poussière, les cheveux totalement ébouriffés après les rafales de vents des tornades et blessé par ci par là. Lucy, qui était morte d'inquiétude, le prit dans ses bras sans même lui laisser le temps de respirer, tant elle était heureuse de voir qu'il avait survécu. Lawrence lui raconta en détail ce qu'il avait vécu et ce qu'il avait vu, mais au moment même où il parla des abris, le visage de Lucy se décomposa et elle devint rapidement plus pâle qu'un cadavre. C'est vrai, il n'y avait pas pensé, mais il ne savait pas dans quel abri pouvait bien se trouver la famille de Lucy, ni même Lyle d'ailleurs, du moins, si ce dernier avait survécu à ses blessures. Il essaya de rassurer Lucy du mieux qu'elle pouvait, mais bientôt elle fut envahit par le désespoir de ne plus jamais revoir son mari ou son fils, laissant sa peine prendre le dessus. Mais à mesure qu'elle souffrait, qu'elle pleurait, cette lumière comme au premier jour de leur rencontre se fit paraître, et bientôt, une onde de choc de grande puissance partit sans crier gare, mais contrairement aux autres fois, elle ne s'évanouit pas, mais à la place une autres partie, puis encore une autres et ceux, quatre fois. Lawrence parvint à toute y échapper, et il rattrapa Lucy dans ses bras quand elle fut à bout de force. Fort heureusement, ses ondes de chocs, quand elles étaient si dispersées, n'agissaient pas sur les objets mais seulement les personnes. Il l'emmena dans sa chambre et elle resta endormie près de trois jours complets. Mais bien vite, Lucy dût oublier cet événement pour pouvoir s'occuper de Lawrence, et lui, il restait fidèle à lui même, jouant de son pouvoir, provoquant le Stardust, volant, et surtout, profitant de la vie.


☼ La meilleure chose qui vous soit arrivée :

La meilleur chose qui soit arrivé est sans aucun doute la découverte de son don. Jamais il n'aurait pu imaginer qu'un jour il obtiendrait un tel don, un don dont il n'aurait même pas osé rêver. Depuis qu'il l'a découvert, il se sent si bien, capable d'accomplir tant de chose, et surtout, intouchable. Un tel pouvoir est pour lui une bénédiction.

☼ La pire chose qui vous soit arrivée :

La pire chose qui soit arrivée à Lawrence est sans aucun doute la mort de sa mère en directe, pendant une conversation téléphonique. Il entendit ses derniers mots, elle qui semblait si apeurée, et il se sent parfois coupable, car si elle était là bas, c'était pour lui.

☼ Relations amicales :

Lucy Nightingale : Cette femme rousse, dans la trentaine passé et au très fort caractère est la première personne avec qui Lawrence se soit lié à Boston. Après que Lawrence l'ait emmené loin de ses problèmes, elle est devenu comme une mère pour lui, faisant un transfert avec son fils, qui n'est plus jeune que de quelques années. Elle fait ce qu'elle peut pour vivre normalement, cherchant un travail, faisant des activités, tentant au mieux d'oublier Rebirth. Elle espère aussi avoir un effet bénéfique sur Lawrence et l'amener à devenir meilleure. Elle à peur de son pouvoir, tant elle ne le contrôle pas, d'autant plus qu'elle le voit comme une malédiction, celui ci étant la cause de la perte de sa famille.

Lyle Grey : Ami d'enfance de Lawrence, ce jeune homme blond assez chétif est d'une léthargie hors du commun. Ce qui plaisait à Lawrence dans cet étrange individu, c'était sa simplicité et sa vision du monde qui semblait si utopique ou tout simplement naïve. Ses parents sont morts peu avant qu'ils n'atteignent les abris, et bien qu'ayant survécu à l'accident, Lawrence ne saurait dire si il a survécue à ses blessures ou, si c'était le cas, si il avait survécu au passage des tornades.

Emily Todd : Amie de longue date de Lawrence, ces deux personnes se rejoignaient dans leurs esprits sadiques et détraqués. Cette jeune femme, si fière de son nom identique à celui de Sweeny Todd, lui est d'ailleurs particulièrement semblable dans son sadisme, chose qui frappa Lawrence la première fois qu'il l'a vit. Leur relation est très forte, mais plus fraternel que amoureuse, ce qui explique sûrement un si bon fonctionnement entre eux. Rien ne permet à Lawrence de dire si elle est encore en vie ou non.

☼ Relation amoureuses :

Tout ce qui bouge et qui correspond à la définitions de l'« humain ».

☼ Liens : /

Parce qu'un questionnaire nous apprend tout un  tas de choses croustillantes....


☼ Vos parents se trouvent ils dans les abris? La mère de Lawrence est morte et son père est dans une situation inconnu.
☼ Si vous êtes lycéens ou étudiants, suivez vous toujours les cours ou bien les séchez vous car de toute façon c’est la fin du monde? Lawrence n'allait déjà pas souvent en cours, préférant user de son temps pour autre chose, mais à présent qu'il est livré à lui même et que le monde s'écroule autour de lui, il ne s'embête plus avec cela. Cependant, parce qu'il s'ennuie, il lui arrive de « squatter » les locaux de l'établissement où il aurait dû être, voir même, de suivre un ou deux cours, pour le fun.
☼ Si vous travaillez, continuez vous votre train train quotidien ? /
☼ Si vous possédez un pouvoir, êtes vous connu des autorités ? du Clan? Lawrence est connu du Stardusts, la raison étant une démonstration de ses capacités devant une caméra d'un des abris, quand Lucy découvrit son pouvoir. Concernant le clan, rien ne permet de le dire, peut être sont il au courant de ses prestations, de plus en plus nombreuse, ou peut être n'ont-ils rien remarqués.
☼ Étiez vous à Boston lors de l’apparition des deux tornades? Il se trouvait à Boston quand ces deux tornades on tout ravagés. Il doit sa survit en majeur partie à son pouvoir, ainsi qu'au garage sous terrain d'un immeuble.
☼ A la vue des évènements actuels, êtes vous plutôt quelqu’un qui se cache des Stardusts ou des incidents climatiques, plutôt quelqu’un qui essaye de vivre normalement même si les conditions deviennent impossible ou quelqu’un qui essaye de faire face à tout ce qui lui tombe dessus? Lawrence est plutôt du genre à faire face à tout ce qui lui arrive, il ne se laisse pas abattre par les malheurs qui lui arrivent, et même, ceux ci le rendent plus fort. Il a même tendance à jouer avec le feu, provoquant le Stardusts quand il le peut, et quand il est sûr de pouvoir s'en sortir vivant.

Parce qu'il y a une personne qui se cache derrière l'écran....

[justify]Pseudo: Chaotique0
Age: 16ans
Célébrité utilisée : Nicholas Hoult
Comment avez vous connu le forum ? Par Alice ! Alice, c'est moi, Lawlaw ! Bien que je pense que tu l'avais déjà devinée. XD
Comment trouvez vous le design ? Très beau forum, j'aime beaucoup, bravo


Dernière édition par Lawrence Cooper le Mer 21 Avr - 19:58, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Mer 14 Avr - 16:50

Lawlaw ! *agite les mains* Contente de te voir, ça fait plaisir !

Bienvenue donc, et bon courage pour finir ta fiche, hésite pas à m'agresser si tu as des questions ^^

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Elizabeth Newbury
Réticent
avatar

Nombre de messages : 699
Age : 26
Localisation : Boston uU
Pouvoirs : Emprunt de pouvoirs
Humeur : A vous de voir...
Groupe : Les Réticents.
Caractère : arrogante ● débrouillarde ● franche ● gourmande. ● Indépendante ● organisée ● loyale ● Intransigeante ●
Date d'inscription : 25/06/2009

Carte d'identité
Age: 21 ans
Profession: Etudiante en arts scéniques et mafieuse
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Jeu 15 Avr - 15:24


_________________

    If I ever feel better
    Remind me to spend some good time with you
    You can give me your number
    When it's all over I'll let you know

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Urlitz
Admin
avatar

Nombre de messages : 1921
Age : 25
Localisation : Boston
Pouvoirs : Télépathe
Humeur : Sarcastique
Groupe : Réticents
Caractère : Intelligent - Sournois - Perfide
Date d'inscription : 07/03/2009

Carte d'identité
Age: 25
Profession: Homme d'affaire / Avocat
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Jeu 15 Avr - 19:20

Tss, profiter de son droit d'aller poster dans les fiches pour faire bisqué Morgan tss, Lizzie, c'est mal ce que tu fais.

En passant, bienvenu Lawrence ! J'espère que tu passeras un bon moment sur Rebirth !

_________________


d o u b l e c o m p t e . M o r g a n A . T r e m b l a y
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Newbury
Réticent
avatar

Nombre de messages : 699
Age : 26
Localisation : Boston uU
Pouvoirs : Emprunt de pouvoirs
Humeur : A vous de voir...
Groupe : Les Réticents.
Caractère : arrogante ● débrouillarde ● franche ● gourmande. ● Indépendante ● organisée ● loyale ● Intransigeante ●
Date d'inscription : 25/06/2009

Carte d'identité
Age: 21 ans
Profession: Etudiante en arts scéniques et mafieuse
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Sam 17 Avr - 9:18

Bon, je viens de lire la première partie de l'histoire.
Dans l'ensemble, ça me paraît bon, à un point près : on ne parle pas de Rebirth aux infos :p. Il va donc falloir changer ça Smile. Et attention à l'orthographe aussi, je fais qu'on fait tous des fautes mais bon ça et sa, tu est, ce genre de chose, ça se corrige facilement Wink
Bon courage pour la suite de ta fiche Smile

_________________

    If I ever feel better
    Remind me to spend some good time with you
    You can give me your number
    When it's all over I'll let you know

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Cooper
Réticent
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 24
Localisation : Boston
Pouvoirs : Energie du vide
Humeur : Toujours content
Groupe : Réticent
Caractère : Positif - dérangé - dragueur (de tout ce qui bouge) - inconscient - provocateur - fêtard
Date d'inscription : 14/04/2010

Carte d'identité
Age: 20
Profession: Etudiant (cancre)
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Sam 17 Avr - 11:57

Ouai, si j'ai besoin d'aide je viendrais t'agresser. x)

Elizabeth Newbury a écrit:
Epouse moi ! *-*

Haha ! A peine arrivé et déjà j'ai du succès.
Plais moi et, qui sait, peut être je ne te briserais pas le cœur trop vite. x)

Pour l'histoire, ok, je changerais ce détail sans problème.
Et je ferais une autre relecture, car il faut dire que ce corriger à minuit et demi ce n'est pas des plus efficace ! XD

Et merci pour votre accueil. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather F. Kavannagh
Initié
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2009

Carte d'identité
Age: 25 ans
Profession: Mannequin, serveuse & junkie.
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Mer 21 Avr - 16:40

Comme on a le droit (grâce à qui ?), bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence Cooper
Réticent
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 24
Localisation : Boston
Pouvoirs : Energie du vide
Humeur : Toujours content
Groupe : Réticent
Caractère : Positif - dérangé - dragueur (de tout ce qui bouge) - inconscient - provocateur - fêtard
Date d'inscription : 14/04/2010

Carte d'identité
Age: 20
Profession: Etudiant (cancre)
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Mer 21 Avr - 19:51

Merci beaucoup pour l'accueil ! ^o^

Et j'ai terminé ! \o/ (Après un petit bâclage de l'histoire.)

EDIT : Je crois avoir écrit un chouilla trop car la fin de mon post a été mangé. Q_Q
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Harper
Admin
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 28
Localisation : Ouais localise-moi tiens, si tu l'oses.
Pouvoirs : Hypnose
Humeur : Indifférente
Groupe : Réticents
Caractère : Calme - Manipulatrice - Organisée
Date d'inscription : 15/04/2009

Carte d'identité
Age: 20 ans
Profession: Etudiante en chimie
Liens:

MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   Mer 21 Avr - 22:22

Pas grave, l'essentiel est là.

Ouf ça faisait de la lecture toussa ! Je n'ai rien à redire, ta fiche est bien détaillée et sans incohérence, je te valide donc <3 Amuse-toi bien ! N'oublie pas de créer ta fiche de liens et de sujets.

_________________

      And the world will look up and shout « Save us ! »
      And I'll whispered : « No. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shamusu.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lawrence Cooper   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lawrence Cooper
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abby Cooper is here o/
» Maxime Cooper [VALIDE]
» Lea Cooper
» Arrivée d'un nouvel élève : Daniel COOPER - SD
» HUNK ou James Cooper

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth :: Présentation :: 
Habitants
 :: Fiches validées :: Fiches des Réticents
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com